Adam Mickiewicz (2)

Les citations de Adam Mickiewicz :

Une haute sagesse ne s'appuie que sur une profonde humilité.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Satan redoute la solitude, car il est poltron ; et voilà pourquoi le plus souvent il réside dans la foule.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Un seul conseil porte ses fruits, c'est lorsque l'humilité prend conseil de la sagesse.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Pourquoi ces fous se sont-ils réunis en conseil ? Afin qu'on leur conseille ce qu'ils ont déjà décidé.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Quel que soit le sujet de la discussion, plus elle se prolonge, plus elle s'éloigne de la vérité.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Le temps, comme une corde, attelle l'esprit à la matière ; l'esprit doit tirer jusqu'à ce que cette corde soit usée.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

À quoi me serviront, demandait un enfant, ces triangles, ces carrés, ces cercles, ces paraboles ? — Tu dois croire aujourd'hui, dit le sage, qu'ils te sont nécessaires ; et tu ne te convaincras de leur utilité que lorsque tu commenceras à mesurer le monde.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Gardez-vous de l'impie qui cherche à s'instruire, c'est l'assassin qui forge son arme !
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Pour acquérir la sagesse, il ne suffit pas de l'intelligence ; il ne suffit pas d'apprendre beaucoup : la sagesse n'est point la science. Celle-ci cherche à démontrer la pratique par la théorie, l'autre à égaler la théorie par la pratique.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

D'autres t'enrichiront de science et de trésors, mais tu tireras la sagesse de toi-même par ton propre labeur.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Le Seigneur regarde Satan avec miséricorde, mais Satan se détourne pour ne pas voir le Seigneur.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Le philosophe donne à ses élèves sa propre science ; l'apôtre n'est que le témoin de celui qui sait tout.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Vous voulez acquérir l'immortalité par quelque action d'éclat ; malgré vous, insensés, vous êtes immortels !
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Pourquoi le jugement dernier inspire-t-il à Satan de l'effroi ? Est-ce que la sentence divine lui est encore inconnue ? Regrette-t-il le monde qui doit périr ? Oui, il le regrette ; car il n'aura plus devant qui mentir.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Beaucoup se plaignent que le ciel est trop loin ; mais la terre est plus loin de l'homme que le ciel.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Dieu parle dans le calme, non dans la tempête, celui dont le cœur est calme entend la voix de Dieu.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Le chant des anges est agréable à Dieu, mais le silence des hommes lui est encore plus agréable.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Le temps est une chaîne ; plus tu fuis, plus la chaîne que tu traînes devient longue et pesante.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Celui qui agit pour l'éternité sait apprécier le temps ; car lorsque le temps s'écoule, l'activité finit.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Dieu ne dépouille pas de ses forces le plus grand criminel ; mais il l'abandonne à ses propres forces.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

La discorde est une horloge qui crée le temps ; le temps cesserait d'exister si l'on éteignait la discorde.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Aucune nation ne jouit du fruit de ses peines ; car aucune ne daigne s'élever jusqu'à l'humilité.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Tous combattent pour un même bien : Qui doit en jouir ? les humbles, car la terre est à eux.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Dieu est le bien, et tout ce qui fait souffrir l'esprit : le mal, la mort, la perdition, viennent de l'homme.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)

Le bon cherche qui l'on doit couronner ; le méchant cherche qui l'on doit sacrifier.
Adam Mickiewicz ; Maximes et sentences (1798-1855)