Marie-Louis-Joseph-Adolphe Thiers

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Adolphe Thiers

Avocat, écrivain, journaliste, historien et homme d'État français né le 15 avril 1797 à Marseille, Adolphe Thiers est décédé d'un malaise cardiaque le 3 septembre 1877 à Saint-Germain-en-Laye dans le département des Yvelines à l'âge de 80 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 50 citations de Adolphe Thiers :

Une imagination vive, un cœur sensible, promettent une vie bien orageuse à ceux qui en sont doués.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

L'homme le plus implacable est celui qui jadis avait eu peur.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Un gouvernement doit nécessairement réussir. L'obliger à convenir qu'il n'a pas réussi, c'est l'obliger au plus funeste de tous les aveux.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Le premier soin d'un gouvernement est de faire le contraire de celui qui l'a précédé, ne serait-ce que pour obéir aux passions qui l'ont fait triompher.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Le principe du gouvernement démocratique, c'est la vertu, et son moyen pendant qu'il s'établit, c'est la terreur.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

La fidélité et l'indépendance sont deux qualités qui semblent contradictoires, mais qu'on trouve souvent réunies chez les hommes de mer.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

L'empressement des femmes est toujours le symptôme le plus sûr de l'engouement public. Ce sont elles qui, par leurs soins actifs, leurs discours, leurs sollicitudes, se chargent d'y ajouter le ridicule.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Il ne faut exiger des hommes et des esprits que ce qu'ils peuvent à chaque époque.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Tout gouvernement doit avoir son excès, et ne périt que lorsqu'il a atteint cet excès. Lorsque le signal est donné... chacun agit sans remords, sans répugnance ; on s'habitue à cela, comme le juge à envoyer les coupables au supplice, le médecin à voir des êtres souffrants sous son instrument, le général à ordonner le sacrifice de vingt mille soldats.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Tels sont les êtres vils qui s'acharnent sur les hommes de bien dès que le pouvoir leur en a donné le signal ! Aussitôt que les chefs ont jeté la première pierre, tout ce qui vit dans la fange se soulève, et accable la victime.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

On ne va jamais qu'à la suite des étrangers qu'on appelle à son secours.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Tel est le sort des États : s'ils sont forts, ils font eux-mêmes leurs révolutions, mais ils en subissent tous les désastres et se noient dans leur propre sang; s'ils sont faibles, ils voient leurs voisins venir les révolutionner à main armée, et subissent tous les inconvénients de la présence des armées étrangères. Ils ne s'égorgent pas, mais ils payent les soldats qui viennent faire la police chez eux.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Il faut à l'esprit humain malade le lit plein de songes de la superstition : et à voir les fêtes, les processions qu'on institue, les autels et les saints sépulcres qui s'élèvent, il me semble qu'on ne fait que changer le lit du malade, seulement on lui retire l'oreiller de l'espérance d'une autre vie.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

L'esprit de l'homme n'est pas fait de telle sorte qu'il cherche ainsi à tout simplifier par la franchise. Le parti vainqueur veut convaincre, et il ment ; un reste d'espoir engage l'esprit vaincu à se défendre, et il ment ; et on voit dans les discordes civiles, ces honteux procès, où le plus fort écoute pour ne pas croire, où le plus faible parle pour ne pas persuader, et demande la vie sans l'obtenir. C'est après l'arrêt prononcé, c'est après que tout espoir est perdu, que la dignité humaine se retrouve, et c'est à la vue du fer qu'on la voit reparaître toute entière.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Telle est la triste condition de celui qui est engagé dans le mal qu'il ne peut plus s'y arrêter. Dès qu'il commence à concevoir un doute sur la nature de ses actions, dès qu'il peut entrevoir qu'il s'égare, au lieu de rétrograder, il se précipite en avant, comme pour s'étourdir, comme pour écarter les lueurs qui l'assiègent. Pour s'arrêter, il faudrait qu'il se calmât, qu'il s'examinât, et qu'il portât sur lui-même un jugement effrayant, dont aucun homme n'a le courage.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

L'expérience a prouvé que la guerre interdisant les spéculations commerciales, et ne permettant plus que les spéculations sur les fonds publics, facilite les emprunts, loin de les rendre plus difficiles.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Un dévot sans passions, sans les vices auxquels elles exposent, mais aussi sans le courage, la grandeur et la sensibilité qui les accompagnent ordinairement, un dévot ne vivant que de son orgueil et de sa croyance, se cachant au jour du danger, revenant se faire adorer après la victoire remportée par d'autres, est un des êtres les plus odieux qui aient dominé les hommes, et on dirait les plus vils, s'il n'avait eu une conviction forte et une intégrité reconnue.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Il n'y a pas de gouvernement au monde qui eût réussi à empêcher les désertions en temps de paix.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Aujourd'hui, une génération superficielle et ingrate critique les opérations (du gouvernement révolutionnaire), trouve les unes violentes, les autres contraires aux bons principes d'économie, et joint le tort de l'ingratitude à l'ignorance du temps et de la situation. Qu'on revienne aux faits, et qu'enfin on soit juste pour des hommes auxquels il en a coûté tant d'efforts et de périls pour nous sauver.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Les hommes qui se présentent pour opérer des changements dans une constitution sont toujours les plus prononcés de leur parti.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Il n'y a pas d'exemple qu'un parti ait jamais suivi des conseils.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

C'est la confiance qui hâte les travaux du commerce, qui fait arriver les denrées, et qui rend leur distribution égale et facile.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Il n'y a ni force ni consistance sans un certain degré de concentration et d'unité.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Les communications des puissances portent comme toutes les relations entre les hommes, le caractère du temps, de la situation des individus qui gouvernent. Un gouvernement fort et victorieux parle autrement qu'un gouvernement faible et vaincu ; et il convient à une république appuyée sur la justice et la victoire, de rendre son langage prompt, net et public.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)

Une commission militaire à laquelle un gouvernement envoie des accusés importants ne sait jamais les lui rendre absous.
Adolphe Thiers ; L'histoire de la Révolution Française (1841)