Alfred de Musset (3)

Les citations de Alfred de Musset :

Où tu voudras, charmante fille ; où tu iras, je te suivrai.
Alfred de Musset ; Il ne faut jurer de rien, III, 4 (1836)

Nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.
Alfred de Musset ; La nuit d'octobre (1835)

J'ai perdu jusqu'à la fierté qui faisait croire à mon génie.
Alfred de Musset ; Poésies nouvelles, Tristesse (1850)

Ne doutez pas du succès, et vous en aurez.
Alfred de Musset ; La quenouille de Barberine (1835)

La discussion, mes bons amis, est une terre stérile, croyez-moi, c'est elle qui tue tout.
Alfred de Musset ; La quenouille de Barberine (1835)

La fortune est moins que la vie, la vie moins que l'amour, l'amour moins que la liberté.
Alfred de Musset ; Le roman par lettres (1833)

Tu m'appelles ta vie, appelle-moi ton âme, car l'âme est immortelle, et la vie est un jour.
Alfred de Musset ; Fantasio, I, 2 (1833)

L'amour est une hostie qu'il faut briser en deux au pied d'un autel, et avaler ensemble dans un baiser.
Alfred de Musset ; Fantasio, I, 2 (1833)

Trouver sur les lèvres d'un honnête homme ce qu'on a soi-même dans le cœur, c'est le plus grand des bonheurs qu'on puisse désirer.
Alfred de Musset ; Lorenzaccio (1833)

Louer un sot, c'est pure charité.
Alfred de Musset ; Rondeau, À madame H. F. (1853)

La poésie est si essentiellement musicale qu'il n'y a pas de si belle pensée devant laquelle le poète ne recule si sa mélodie ne s'y trouve pas.
Alfred de Musset ; Le poète déchu, VIII (1839)

On naît poète, on devient prosateur.
Alfred de Musset ; Le poète déchu, VIII (1839)

Une larme est ce qu'il y a de plus vrai, de plus impérissable au monde.
Alfred de Musset ; Le poète déchu, VII (1839)

Songe à mon triste amour, songe à l'adieu suprême !
Alfred de Musset ; Poésies nouvelles, Rappelle-toi (1850)

La joie et la beauté sont mes dieux les plus chers, après la liberté.
Alfred de Musset ; Poésies nouvelles, Idylle (1850)

Laissons notre dispute, et vidons notre verre.
Alfred de Musset ; Poésies nouvelles, Idylle (1850)

L'habitude fait de la vie un proverbe.
Alfred de Musset ; Rolla III (1833)

Aimer, c'est une grande affaire ; il faut avoir du courage pour aimer.
Alfred de Musset ; Margot (1838)

Aimer, c'est douter d'un autre et de soi-même.
Alfred de Musset ; Comédies et proverbes (1849)

Le soupçon détruit l'amour.
Alfred de Musset ; La confession d'un enfant du siècle (1836)

Un compliment vaut un baiser.
Alfred de Musset ; On ne badine pas avec l'amour (1834)

La moitié d'un violent amour, c'est presque une amitié.
Alfred de Musset ; Les marrons du feu (1830)

Sais-tu où vont les larmes des peuples, quand le vent les emporte ?
Alfred de Musset ; Lorenzaccio (1833)

Il n'y a pas d'amour sans confiance.
Alfred de Musset ; Fils du Titien (1841)

Le regret d'un instant te trouble et te dévore ; tu dis que le passé te voile l'avenir. Ne te plains pas d'hier ; laisse venir l'aurore : Ton âme est immortelle, et le temps va s'enfuir.
Alfred de Musset ; Lettre à Alphonse de Lamartine (1834)