Alfred de Vigny (2)

Les citations de Alfred de Vigny :

Le seul beau moment d'un ouvrage est celui où on l'écrit.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1829)

Les femmes ont des accès de folie inexplicables !
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Le mal, c'est la haine de la vie et l'amour de la mort.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Souvent la terreur nous apprend à mentir.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

La bonté d'un homme ne le rend victime que jusqu'où il le veut bien.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Les hommes sont partagés en deux parts : martyrs et bourreaux.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Laisser passer le temps sans emploi, c'est perdre un bon revenu.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

L'impression d'un mot vrai ne dure pas plus que le temps de le dire.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Quand les hommes sont fous, le bon sens leur fait mal à la tête.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Il n'y a pas de sagesse humaine.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

La bonne conscience ne peut avoir tort.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Les femmes sont dupes de leur bonté.
Alfred de Vigny ; Chatterton (1835)

Un parti pris d'avance est souvent le plus mauvais parti.
Alfred de Vigny ; Quitte pour la peur (1833)

Lorsqu'on ne cultive pas une terre, on ne doit avoir de droit ni sur ses fleurs ni sur ses fruits.
Alfred de Vigny ; Quitte pour la peur (1833)

Tout ce que je sais faire, c'est d'aimer celui que j'aime.
Alfred de Vigny ; Quitte pour la peur (1833)

Il est possible que l'âme n'existe pas, nous sommes les fils du hasard.
Alfred de Vigny ; Cinq-Mars (1826)

Il n'y a point de bienfaits en politique ; il y a des intérêts, voilà tout.
Alfred de Vigny ; Cinq-Mars (1826)

La terre est révoltée des injustices de la création.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1862)

Le malheur, c'est la pensée !
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1862)

Ô jeunesse ! entre ainsi dans la vie, légèrement et gaiement.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1862)

Hélas ! toujours la même vie ! Je quitte le chagrin pour la maladie et la maladie pour le chagrin.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1838)

Quand on est sourd, il serait juste d'être sourd et muet, car on n'a pas le droit de juger ce qu'on n'a pas entendu.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1844)

Aimer, inventer, admirer, voilà ma vie.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1836)

Pour l'homme qui sait voir, il n'y a pas de temps perdu.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1832)

Toi, amour de l'âme, amour passionné, tu ne peux rien pardonner.
Alfred de Vigny ; Journal d'un poète (1832)