Paul Guillaume André Gide (2)

Les citations célèbres de André Gide :

L'homme ne possède la jeunesse qu'un temps, et le reste du temps la rappelle.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)

Savoir se libérer n'est rien ; l'ardu, c'est savoir être libre.
André Gide ; L'immoraliste (1902)

Il ne suffit pas d'être bête pour être rigolo !
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

C'est dans l'extraordinaire que je me sens le plus naturel.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

Ne pas savoir qui est son père, c'est ça qui guérit de la peur de lui ressembler.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

Il est bien des choses qui ne paraissent impossibles que tant qu'on ne les a pas tentées.
André Gide ; Si le grain ne meurt (1926)

Plutôt que d'être mal loué, je préfère ne l'être point.
André Gide ; Si le grain ne meurt (1926)

Pour moi, être aimé n'est rien, c'est être préféré que je désire.
André Gide ; Lettre à Paul Valéry (1896)

Ceux qui ont des yeux sont ceux qui ne savent pas regarder.
André Gide ; La symphonie pastorale (1919)

L'amour répond à l'amour.
André Gide ; La symphonie pastorale (1919)

Mieux vaut parfois se taire et... encaisser.
André Gide ; Correspondance (1933-1937)

Mieux vaut être haï pour ce que l'on est, qu'aimé pour ce que l'on n'est pas.
André Gide ; Journal (1889-1939)

L'acquiescement immédiat du vulgaire ne va qu'à la vulgarité.
André Gide ; Anthologie de la poésie française (1949)

Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent.
André Gide ; Les jeux sont faits (1952)

Une chose ne vaut que par l'importance qu'on lui donne.
André Gide ; Journal 1942-1949, Gallimard (1950)

C'est un devoir que de se faire heureux.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Avoir raison... qui donc y tient encore : quelques sots.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Toute théorie n'est bonne qu'à condition de s'en servir pour passer outre.
André Gide ; Journal (1918)

L'amour-propre blessé n'a jamais donné rien qui vaille.
André Gide ; Les cahiers d'André Walter (1891)

Tout ce que nous ne pouvons pas toucher nous désole.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

Si l'amour ne comporte pas forcément de désir, autant ne rien aimer qui soit de ce monde.
André Gide ; L'Arche, Revue littéraire (1946)

Le repos de la paresse est un charme secret de l'âme.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

Ne cherche pas, dans l'avenir, à retrouver le passé.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

On cesse de s'étonner devant un miracle constant.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

Enseigne aux autres la bonté, tu peux avoir besoin de leurs services.
André Gide ; Journal (1939-1949)