Paul Guillaume André Gide (3)

Les meilleures citations de André Gide :

Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Il est plus facile de renoncer à ce que l'on a connu qu'à ce que l'on imagine.
André Gide ; Journal (1889-1939)

La hauteur de l'orgueil se mesure à la profondeur du mépris.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Les adolescences trop chastes font les vieillesses dissolues.
André Gide ; Journal (1926-1950)

Il faut de l'esprit pour bien parler, de l'intelligence suffit pour bien écouter.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Dieu, le dépotoir de tous les concepts mal définis.
André Gide ; Journal (1939-1949)

Rien d'excellent ne se fait qu'à loisir.
André Gide ; Journal (1939-1949)

Ce qui permet le lyrisme de l'enfance, c'est l'illusion.
André Gide ; Journal (1889-1939)

On ne triomphe bien que de ce que l'on assimile.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Le mal n'est jamais dans l'amour.
André Gide ; La symphonie pastorale (1919)

Supprimer en soi l'idée de mérite, c'est un grand achoppement pour l'esprit.
André Gide ; Les cahiers (1889-1939)

Conquérir sa joie vaut mieux que de s'abandonner à sa tristesse.
André Gide ; Journal (1889-1939)

Il est bien plus difficile qu'on ne croit de ne pas croire à Dieu.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

La vie est plus belle que ne la consentent les hommes : la sagesse n'est pas dans la raison, mais dans l'amour.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

Les préjugés sont les pilotis de la civilisation.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

Le péché, c'est ce qui obscurcit l'âme, c'est ce qui s'oppose à la joie.
André Gide ; La symphonie pastorale (1919)

Les femmes n'ont jamais rien à dire, mais elles ont tout à raconter.
André Gide ; Les cahiers (1918-1951)

Tout ce que tu ne sais pas donner te possède.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

Chaque action parfaite s'accompagne de volupté.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)

Le sage est celui qui s'étonne de tout.
André Gide ; Les nourritures terrestres (1897)

Cesse de croire, et instruis-toi.
André Gide ; Les nouvelles nourritures (1935)

L'expérience instruit plus sûrement que le conseil.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

Toute recherche oblige.
André Gide ; Les faux-monnayeurs (1925)

Ne pas se soucier de paraître ; être, seul est important.
André Gide ; Journal (1887-1950)

Heureux l'homme qui se nourrit des fruits de sa terre.
André Gide ; Nouveaux prétextes (1911)