Arsène Housset, dit Arsène Houssaye (2)

Les citations de Arsène Houssaye :

Quelle que soit la femme, c'est toujours l'homme qui a tort.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)

Tout en lisant l'histoire de la vie, il faut en feuilleter toujours le roman.
Arsène Houssaye ; Les grandes dames (1868)

Les roses de l'amour ont des épines dans notre cœur.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

N'est pas qui veut heureux au jeu de l'amour.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

La femme la plus amoureuse a toujours un second amour dans le chemin du cœur.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

L'amour donne une main à la vie, l'autre à la mort, et le cercle fatal est formé.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

L'amour est un fil que la femme tient par les deux bouts et qu'elle nous donne à retordre.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

La préface de l'amour vaut mieux que l'amour lui-même.
Arsène Houssaye ; Les Parisiennes (1862)

Mieux vaut une noble lutte qu'une oisiveté honteuse.
Arsène Houssaye ; Les revenants (1840)

La plupart des gens vivent pauvres pour mourir riches.
Arsène Houssaye ; Le roman de la duchesse (1865)

Le génie vient du cœur.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Qui est trop aimé n'aime plus guère ; dès que la balance penche, tout est perdu.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Le mariage : après tant de flammes vives, la fumée est venue.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Les femmes ne posent pas seulement devant les peintres, elles posent devant elles-mêmes.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Montrez-moi une figure pendant deux heures, et j'écrirai l'histoire de ses passions.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Certaines conversations ressemblent aux voyages qu'on fait sur l'eau ; on s'écarte de la terre sans presque le sentir ; on ne s'aperçoit qu'on a quitté le rivage que quand on en est déjà loin.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

On a beau se détacher, on vit toujours de la vie, et non de la mort.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Qui quitte la partie la gagne.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Qui est heureux par l'illusion n'a sa fortune qu'en agiotage.
Arsène Houssaye ; Le XVIIIe siècle (1843)

Quand on aime, on a le diable au corps, et Dieu dans le cœur.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

L'amour ne vieillit pas, il meurt enfant.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

Le tiers des femmes se donne pour de l'argent, le second tiers pour de l'amour, le dernier tiers pour rien. Celles-là sont les plus faciles.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

L'amour donne une main à la vie, l'autre à la mort, et le cercle fatal est formé.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

Les femmes ont écrit le poème de l'amour ; les hommes l'ont commenté, mais ne l'ont pas compris.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)

Quiconque est fidèle à l'amour est infidèle à sa maitresse.
Arsène Houssaye ; Les femmes comme elles sont (1858)