Denys Amiel, dit Augusta Amiel-Lapeyre

Quelques mots sur l'auteur :

Augusta Amiel-Lapeyre

Auteur, dramaturge et critique dramatique français né le 5 octobre 1884 à Villegailhenc dans l'Aude, Augusta Amiel-Lapeyre est décédé le 8 février 1977 à La Gaude dans les Alpes-Maritimes.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 48 citations de Augusta Amiel-Lapeyre :

La noblesse du maître ennoblit le valet.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

L'homme éveillé choisit ses rêves ; celui qui dort les subit.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

L'ennui c'est la vie revêtue d'un costume gris.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Dans le domaine de la sensibilité, l'indifférence est une paralysie du coeur.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages.

Être naturel c'est être en accord avec sa situation sociale et les gens que nous côtoyons.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

C'est déjà aimer Dieu que d'aimer ceux qui l'aiment.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Silence, science, fraternisent.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

La même mesure qui a servi à donner sert souvent à ôter.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

La tyrannie a bien des esclaves, mais l'amour reste un affranchi.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Un cœur fragmenté a perdu toute sa valeur.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Devant la montée de la médiocrité, le génie s'assied et attend les siècles.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Dans les recherches de l'âme, la seule lumière qui éclaire pleinement le penseur vient d'en haut.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

L'homme ne connaît pas l'homme ; d'où les conflits qui déchirent le monde.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Les constants sont les forts.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Le mari et la femme sont le réflexe l'un de l'autre.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Dans bien des cas, nier c'est ne pas comprendre.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

La femme a la mémoire du cœur ; l'homme plutôt celle des yeux.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

La main qui édifie peut aussi détruire.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

C'est déjà aimer Dieu que d'aimer ceux qui l'aiment.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

L'on ne rachète par les méfaits de l'égoïsme.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

La serviabilité est la contrefaçon de la bonté.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Dans l'océan des vulgarités les pensées nobles apparaissent comme des îles.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

L'enfance bercée par nous, berce parfois aussi notre peine.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Les méchants, heureux de dire ce qui est, les sont bien plus encore de raconter ce qui n'est pas.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)

Il y a des larmes qui sont le dilettantisme de la douleur.
Augusta Amiel-Lapeyre ; Pensées sauvages (1909)