Benjamin Constant de Rebecque (2)

Les citations de Benjamin Constant :

Personne n'est tout à fait sincère ni tout à fait de mauvaise foi.
Benjamin Constant ; Adolphe, II (1816)

Il faut du temps pour s'accoutumer à l'espèce humaine.
Benjamin Constant ; Adolphe, I (1816)

Peu de gens m'inspire de l'intérêt ; or, les hommes se blessent de l'indifférence ; ils l'attribuent à la malveillance ou à l'affectation ; ils ne veulent pas croire qu'on s'ennuie avec eux naturellement.
Benjamin Constant ; Adolphe, I (1816)

Le cœur seul peut plaider sa cause : il sonde seul ses blessures.
Benjamin Constant ; Adolphe, VIII (1816)

On est si juste lorsque l'on est désintéressé !
Benjamin Constant ; Adolphe, VIII (1816)

Les sentiments que nous feignons, nous finissons par les éprouver.
Benjamin Constant ; Adolphe, VI (1816)

Il faut se décider, agir et se taire.
Benjamin Constant ; Journal intime, le 1 mai 1804.

Avez-vous songé que livrer les lettres d'une femme qui nous a aimé est une de ces perfidies dignes de l'homme le plus vulgaire ?
Benjamin Constant ; Lettre à Mme Lindsay, le 31 mai 1801.

Jamais femme ne fut aimée comme je vous aime !
Benjamin Constant ; Lettre à Mme Lindsay, le 21 janvier 1801.

La peur de l'ennui est mon impulsion dominante.
Benjamin Constant ; Journal intime, le 6 janvier 1803.

La timidité, cette souffrance intérieure qui nous poursuit jusque dans l'âge le plus avancé.
Benjamin Constant ; Adolphe, I (1816)

L'arbitraire est au moral ce que la peste est au physique.
Benjamin Constant ; L'esprit de conquête et de l'usurpation (1814)

Le ridicule attaque tout, et ne détruit rien.
Benjamin Constant ; L'esprit de conquête et de l'usurpation (1814)

C'est un affreux malheur de n'être pas aimé quand on aime, mais c'en est un bien grand d'être aimé avec passion quand on n'aime plus.
Benjamin Constant ; Adolphe, V (1816)

J'éprouve un charme inexprimable à marcher en aveugle au-devant de ce que je crains.
Benjamin Constant ; Lettre à Mme Lindsay, le 22 novembre 1800.

Tendre mère ! Vous ne m'abandonnez pas, même en rêve.
Benjamin Constant ; Le diable amoureux (1816)

La devise de tous ceux qui sont appelés à se mêler des affaires doit être : Fata viam invenient.
Benjamin Constant ; Lettre à Samuel de Constant, 20 janvier 1800.

Le cours des choses est bien plus fort que la volonté des hommes.
Benjamin Constant ; Lettre à Samuel de Constant, 20 janvier 1800.

Une rupture peut-elle s'arrêter à l'amour et ne pas blesser l'amitié ?
Benjamin Constant ; Adolphe (1816)