Carlo Goldoni (2)

Les citations de Carlo Goldoni :

Le public est un grand corps dont tous les membres ne peuvent pas être parfaits.
Carlo Goldoni ; Molière, I, 6 (1751)

Les ruses des femmes croissent avec les années ; en vieillissant, elles deviennent plus artificieuses, et non plus sages.
Carlo Goldoni ; Molière, I, 4 (1751)

Pour bien vivre, il faut un peu de tempérance.
Carlo Goldoni ; Molière, I, 1 (1751)

Contenter une femme, prévenir ses désirs ! la besogne n'est pas petite !
Carlo Goldoni ; Le bourru bienfaisant (1771)

On regrette toujours le passé, on se plaint du présent ; c'est dans la nature.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Paris est un monde, tout y est grand ; beaucoup de mal, et beaucoup de bien.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Mieux vaut entendre un dialogue bien récité, que souffrir la monotonie d'un récitatif ennuyeux.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Il est très aisé d'obtenir un dénouement heureux quand on l'a bien préparé.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Une fille sage, avec de l'esprit et de la conduite, ne peut devenir qu'une femme vertueuse.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Si le prix est fait, il n'y a plus à marchander.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

La jalousie tracasse, la médisance brouille, l'amour raccommode.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

On peut quelquefois s'inspirer des morts pour corriger les vivants.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Notre esprit tient si étroitement à notre corps, que sans la raison, nous serions des machines.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Il faut contenter les uns, sans dégoûter les autres.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Bornez vos désirs, mesurez vos forces, vous serez bien ici ou vous serez mal partout.
Carlo Goldoni ; Mes mémoires pour servir à l'histoire (1787)

Si l'on faisait attention à ce que les autres peuvent dire de nous, cela arriverait bientôt à nous enlever toute possibilité de faire le bien.
Carlo Goldoni ; Le café (1750-1751)

Quand une femme est en colère, quatre petits baisers suffisent pour la consoler.
Carlo Goldoni ; Le café (1750-1751)

La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe.
Carlo Goldoni ; Lieutenant, Préface (1750)

Dans cette vie, on passe le plus clair de ses jours à souffrir ou à espérer.
Carlo Goldoni ; Arlequin serviteur de deux maîtres (1745)

Il n 'y a pas de plus grand plaisir au monde que d'être en agréable compagnie.
Carlo Goldoni ; Arlequin serviteur de deux maîtres (1745)

Les soupirs sont comme les éclairs : ils annoncent la pluie.
Carlo Goldoni ; Arlequin serviteur de deux maîtres (1745)

Le sang noble est un accident de la fortune, les actions nobles caractérisent les grands.
Carlo Goldoni ; Pamela nubile (1757)

Le monde est un beau livre, mais il sert peu à qui ne le sait lire.
Carlo Goldoni ; Pamela nubile (1757)

Qui n'a jamais quitté son pays est plein de préjugés.
Carlo Goldoni ; Pamela nubile (1757)

L'amour, c'est le meilleur des menus !
Carlo Goldoni ; Arlequin serviteur de deux maîtres (1745)