Charles Baudelaire (3)

Les citations de Charles Baudelaire :

Ce qui est créé par l'esprit est plus vivant que la matière.
Charles Baudelaire ; Fusées, journal intime (1851)

L'amour, c'est le goût de la prostitution.
Charles Baudelaire ; Fusées, journal intime (1851)

Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister.
Charles Baudelaire ; Fusées, journal intime (1851)

La volupté unique et suprême de l'amour gît dans la certitude de faire le mal.
Charles Baudelaire ; Fusées, journal intime (1851)

Le mal se connaissant est moins affreux et plus près de la guérison que le mal s'ignorant.
Charles Baudelaire ; Les liaisons dangereuses, Projet d'étude (1856)

L'angoisse atroce, despotique, sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.
Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal, Spleen (1857)

Homme libre, toujours tu chériras la mer ! la mer est ton miroir.
Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal, L'homme et la mer (1857)

Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage, l'art est long et le temps est court.
Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal, Le guignon (1857)

Amer savoir, celui qu'on tire du voyage !
Charles Baudelaire ; Les fleurs du mal, Le voyage (1857)

Le poète jouit de cet incomparable privilège, qu'il peut à sa guise être lui-même et autrui.
Charles Baudelaire ; Le spleen de Paris, Les foules (posthume, 1869)

J'ai pétri de la boue et j'en ai fait de l'or.
Charles Baudelaire ; Épilogue pour les Fleurs du mal II (1861)

Ne mépriser la sensibilité de personne ; la sensibilité de chacun, c'est son génie.
Charles Baudelaire ; Fusées, journal intime (1851)

Sois charmante, et tais-toi !
Charles Baudelaire ; Fleurs du mal, Sonnet d'automne (1857)

Il n'existe que trois êtres respectables : le prêtre, le guerrier, le poète. Savoir, tuer et créer.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1864)

Il serait peut-être doux d'être alternativement victime et bourreau.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1864)

Le commerce, c'est le prêté-rendu, c'est le prêt avec le sous-entendu : Rends-moi plus que je ne te donne.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1859)

Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l'homme.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1859)

Travail immédiat, même mauvais, vaut mieux que la rêverie.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1866)

Hygiène, morale, conduite - Trop tard peut-être !
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1865)

Amis (ma mère, amis, moi).
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1865)

J'ai oublié le nom de cette salope... Ah ! bah ! je le retrouverai au jugement dernier.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1859)

Foutre, c'est aspirer à entrer dans un autre, et l'artiste ne sort jamais de lui-même.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1859)

La brute seule bande bien, et la fouterie est le lyrisme du peuple.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1859)

La femme est naturelle, c'est-à-dire abominable.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1864)

Plus l'homme cultive les arts, moins il bande.
Charles Baudelaire ; Mon cœur mis à nu, journal intime (1859)

La poésie de Paul Verlaine :