Charles Pinot Duclos (3)

Les citations de Charles Pinot Duclos :

On n'est pas toujours obligé d'avoir ses parents pour amis, mais il est décent de vivre avec eux comme s'ils l'étaient, et de cacher aux gens trop curieux les éventuelles discordes au sein de la famille.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Un scélérat n'a point de remords, mais il a de l'orgueil.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Les gens d'esprit n'en ont jamais moins que lorsqu'ils veulent en avoir.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Les hommes sensés ne plaisent guère qu'à ceux qui le sont ou qui sont près de le devenir.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

L'honneur qui se vend, si peu qu'on en donne, est toujours payé plus cher qu'il ne vaut.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

En fait de procédés, on est bien près du mépris quand on a droit à l'indulgence.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Les femmes n'ont point de plus grands ennemis que les femmes.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Les crimes d'opinion, tout absurdes qu'ils peuvent être, l'emportent sur ceux qui blessent la morale et outragent la nature.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Rien ne flatte plus un homme faible que les éloges qu'on lui fait sur sa fermeté.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Le premier pas vers la politesse n'est que trop souvent contre l'innocence.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Le caractère est aux âmes ce que la physionomie et la variété dans les mêmes traits sont aux visages.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Le ridicule est le fléau des gens du monde, il est assez juste qu'ils aient pour tyran un être fantastique.
Charles Pinot Duclos ; Considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

La modestie est le seul éclat qu'il soit permis d'ajouter à la gloire.
Charles Pinot Duclos ; Considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Les préjugés doivent être discutés, et traités avec circonspection.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

La nécessité ne fait guère que des fautes quelquefois pardonnables : la cupidité réduite en système fait les crimes.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Le pédantisme contribue beaucoup à faire naître la fatuité.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Une faveur payée avilit celui qui la reçoit et déshonore celle qui l'accorde.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)

Il faut un peu connaître le vice pour en redouter les pièges.
Charles Pinot Duclos ; Acajou et Zirphile (1744)

L'auteur d'un bienfait est celui qui en recueille le fruit le plus doux.
Charles Pinot Duclos ; Confessions du comte de *** (1742)

Que les femmes ne se plaignent point des hommes, ils ne sont que ce qu'elles les ont faits.
Charles Pinot Duclos ; Confessions du comte de *** (1742)

La nécessité ne fait guère que des fautes quelquefois pardonnables.
Charles Pinot Duclos ; Considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

La postéromanie est le tic commun des Grands, ils aiment leur postérité, et ne se soucient point de leurs enfants.
Charles Pinot Duclos ; Acajou et Zirphile (1744)

Quand les gens d'esprit et d'honneur s'entendront, les sots et les fripons joueront un bien petit rôle. Il n'y a malheureusement que les fripons qui fassent des ligues, les honnêtes gens se tiennent isolés. Mais la probité sans courage n'est digne d'aucune considération ; elle ressemble assez à l'attrition, qui n'a pour principe qu'une crainte servile.
Charles Pinot Duclos ; Considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

La politesse est l'expression ou l'imitation des vertus sociales : l'expression, si elle est vraie ; l'imitation, si elle est fausse.
Charles Pinot Duclos ; Pensées, maximes et anecdotes (1810)