Claire Élisabeth de Vergennes

Quelques mots sur l'auteur :

Claire Élisabeth de Vergennes

Femme de lettres française née le 5 janvier 1780 à Paris, Claire Élisabeth Jeanne Gravier de Vergennes, comtesse de Rémusat, est décédée le 16 décembre 1821 dans sa ville natale.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 23 citations de Claire Élisabeth de Vergennes :

La privation est plus supportable que l'attente d'une espérance retardée.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Avant d'éduquer un enfant, il faudrait déjà reprendre l'éducation des parents.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Le bonheur n'a d'autre mesure que le sentiment, toute sa liberté est dans le cœur.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Là où il y a du bonheur, l'humeur se conserve douce et sereine.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Le cœur est le moins sûr des conseillers.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Les femmes sont toujours promptes à sacrifier leurs intérêts, mais jamais leurs sentiments.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Si les femmes valaient mieux, les hommes vaudraient mieux aussi.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Les fautes des femmes sont la suite des premiers torts de leurs maris.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Les femmes sont faites pour les détails, elles ont le goût et l'intelligence des petites choses.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Une mère ne peut jamais cesser d'être la mère de son enfant.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Le régulateur de la liberté, c'est la conscience ; mais elle s'éveille lentement chez un enfant ; elle l'avertit d'abord d'une manière vague et d'une voix faible, l'attention et la réflexion lui donnent bientôt de la force et de l'autorité ; osons donc imiter et suivre la nature, laissons s'engager la lutte du mal et du bien ; que l'expérience d'un enfant, dans les mains de sa mère, serve à l'éclairer, comme la conscience éclaire l'homme fait sous la main de Dieu.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Il faut laisser un enfant errer et faillir, quand ses fautes, exemptes d'un danger grave, lui donneront une leçon frappante. Une mère éclairée et attentive, loin de déployer à chaque instant son autorité, doit s'appliquer à tenir sans cesse en éveil chez son enfant la réflexion, cette vie de l'âme, qu'il faut fortifier à l'égale de celle du corps. Le premier soin d'une mère ne sera pas d'obtenir forcément que ce qu'elle fait soit d'abord bien fait, mais de représenter les difficultés et les objections, de provoquer les scrupules, de diriger les recherches, et au besoin de suggérer les solutions ; ce qui revient à dire qu'il faut dans l'éducation de la liberté.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Il faut former l'expérience de la jeunesse par l'habitude de la réflexion.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

La raison se forme par la réflexion et l'expérience.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Le champ de l'espérance s'ouvre à l'imagination près du berceau d'un fils.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

L'amour maternel est le plus indépendant de tous les amours ; nous aimons notre enfant quel qu'il soit, quoi qu'il fasse, qu'il afflige ou contente notre amour-propre ; qu'il réponde à notre tendresse ou qu'il la souffre comme une gêne pour sa liberté ; qu'un fils écoute ou repousse sa mère. Grâce à lui, elle regarde haut et loin sans embarras : son âme, qui n'est jamais agitée, ne cesse point d'être émue ; la confiance qui s'établit entre eux devient la plus douce des relations. Elle ne ressemble à nulle autre, toute composée qu'elle est de l'autorité et de la faiblesse, de la condescendance et de la force, qui dénoncent à la fois et la femme et la mère, et l'homme et le fils. Oui, heureuse, cent fois heureuse, celle qui en a connu le charme !
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Naître, souffrir, mourir, est toute l'histoire des femmes.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

La légitimité est la base du repos des états et des ménages.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Les droits n'ont pas de plus dangereux ennemis que les prétentions.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Un pays ne change pas toutes ses institutions sans qu'il en résulte une réforme dans ses mœurs.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Les plaisirs de l'esprit enivrent la raison, distraite sur la route, elle se détourne du but.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

L'égoïsme des passions vaut encore mieux que celui des intérêts vulgaires.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

Les grands hommes ne sont utiles à leur siècle que lorsqu'ils ont l'intelligence de le comprendre unie à la force de le devancer.
Claire Élisabeth de Vergennes ; Essai sur l'éducation des femmes (1824)

La liste des auteurs populaires :