Claude Roy (3)

Les citations de Claude Roy :

L'esprit, c'est comme l'argent : on en a en général au dépens d'autrui.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

L'argent ne fait pas le bonheur, mais il aide à acheter.
Claude Roy ; La fleur du temps (1983-1987)

Ce qu'a d'aimable l'amour c'est qu'il désintéresse de soi.
Claude Roy ; Somme toute (1976)

L'amour commence par l'envie de tout se raconter, pour se terminer par : Qu'as-tu fait aujourd'hui ? - Rien.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Le ciel du printemps ressemble souvent à la mine de la belle-mère, dit le proverbe.
Claude Roy ; Clefs pour la Chine, Gallimard (1953)

L'impatience nourrit la patience, et la patience fortifie l'impatience.
Claude Roy ; Jean Vilar (1987)

La première condition du talent, c'est de vivre d'égal à égal avec ses semblables.
Claude Roy ; Stendhal par lui-même (1952)

Si vous voulez vivre vieux, ne prenez pas l'habitude. C'est une très mauvaise habitude, que de s'habituer.
Claude Roy ; L'amour de la peinture, Gallimard (1955)

La curiosité est une sorte de bravoure.
Claude Roy ; Le journal des voyages (1960)

La curiosité est le commencement de la bienveillance.
Claude Roy ; Le commerce des classiques (1953)

La clef qui sert est toujours claire.
Claude Roy ; Trésor de la poésie populaire française (1954)

Le baiser est un fruit qu'il faut cueillir sur l'arbre.
Claude Roy ; Trésor de la poésie populaire française (1954)

L'or, la femme et la toile, on ne les prends qu'à la lumière du jour.
Claude Roy ; Trésor de la poésie populaire française (1954)

Une vraie femme nue dans vos bras vaut mieux que dix pin up au mur, même si les pin up sont signées Titien ou Renoir.
Claude Roy ; L'amour de la peinture, Gallimard (1955)

La pauvreté est souvent la mère de tous les vices.
Claude Roy ; Descriptions critiques, Gallimard (1950)

Quand on est de mauvaise humeur, il vaut mieux s'appliquer à être poli : ça lisse, ça calme.
Claude Roy ; Nous, Gallimard (1972)

C'est le propre de l'homme bas et des basses époques que de diviniser l'amour.
Claude Roy ; Lire Marivaux (1947)

Comprendre, c'est établir un rapport exact.
Claude Roy ; Somme toute (1976)

Aimer, c'est établir un rapport juste.
Claude Roy ; Somme toute (1976)

Une raison qui saute trop vite aux yeux rend aveugle.
Claude Roy ; La fleur du temps (1983-1987)

Qui croit a besoin de croire.
Claude Roy ; L'ami lointain (1987)

Le temps porte conseil : en général celui de ne rien faire.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

Rien n'est plus vrai ni plus durable que la fragilité des sentiments.
Claude Roy ; Permis de séjour (1977-1982)

Le malheur d'aimer, c'est le bonheur de vivre.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

On n'aime pas parce qu'on est amoureux, mais on est amoureux parce qu'on aime.
Claude Roy ; La dérobée (1968)