Claude Roy (2)

Les citations célèbres de Claude Roy :

Moi, je chercherai à t'oublier ; je serai soulagée d'y parvenir, et triste d'y avoir réussi.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Il reste au couple qui a connu la folie d'amour plus de ressources qu'à celui né du mariage de raison.
Claude Roy ; Permis de séjour (1977-1982)

Si la conscience des mourants calomnie leur vie, la jeunesse des vivants l'embellit.
Claude Roy ; Nous (1972)

La bonne lenteur pédagogique, la lente patience d'expliquer clairement.
Claude Roy ; L'ami lointain (1987)

Aime-toi, le ciel t'aimera.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

En amour, il suffit souvent de vouloir aimer pour être aimé.
Claude Roy ; Lire Marivaux, La Baconnière, 1947.

La plupart des mensonges sont de politesse, même vis-à-vis de soi.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

On est plus détendu en rêve qu'éveillé : le rêveur n'a pas d'idées fixes.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

La faute de français anémie une langue.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

À force de prévoir, on ne voit plus rien.
Claude Roy ; La fleur du temps (1983-1987)

On se fait à tout, même à soi.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

L'amour qui réchauffe et vivifie, n'est pas celui qui brûle et consume.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

La peur est une maladie ; qui peut désapprouver quelqu'un d'être malade ?
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

L'esprit, c'est comme l'argent : on en a en général au dépens d'autrui.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

L'argent ne fait pas le bonheur, mais il aide à acheter.
Claude Roy ; La fleur du temps (1983-1987)

Ce qu'a d'aimable l'amour c'est qu'il désintéresse de soi.
Claude Roy ; Somme toute (1976)

Le ciel du printemps ressemble souvent à la mine de la belle-mère, dit le proverbe.
Claude Roy ; Clefs pour la Chine, Gallimard (1953)

L'impatience nourrit la patience, et la patience fortifie l'impatience.
Claude Roy ; Jean Vilar (1987)

La clef qui sert est toujours claire.
Claude Roy ; Trésor de la poésie populaire française (1954)

Le baiser est un fruit qu'il faut cueillir sur l'arbre.
Claude Roy ; Trésor de la poésie populaire française (1954)

C'est le propre de l'homme bas et des basses époques que de diviniser l'amour.
Claude Roy ; Lire Marivaux (1947)

Comprendre, c'est établir un rapport exact.
Claude Roy ; Somme toute (1976)

Aimer, c'est établir un rapport juste.
Claude Roy ; Somme toute (1976)

Qui croit a besoin de croire.
Claude Roy ; L'ami lointain (1987)

Le temps porte conseil : en général celui de ne rien faire.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)