Claude Roy (4)

Les citations de Claude Roy :

Aimer, c'est demander à une personne le don de ce qu'elle a de plus impersonnel.
Claude Roy ; Nous, Gallimard (1972)

On croit qu'on est triste parce qu'on a des idées tristes, mais c'est le contraire.
Claude Roy ; La dérobée (1968)

Le verbe aimer, c'est le comble du vague.
Claude Roy ; La dérobée (1968)

Ne te presse pas : cela oppresse.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

On se défait plus facilement qu'on se refait.
Claude Roy ; Permis de séjour (1977-1982)

Ce qui n'est que sentimental est toujours indécent.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Il y a mieux encore que le calme de la solitude : la présence silencieuse de l'être aimé.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

L'amour c'est aussi cette façon d'être deux à ne pas être ensemble.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

Mieux vaut que deux soient ensemble, et si possible toi et moi.
Claude Roy ; Permis de séjour (1977-1982)

Toute théorie du mal fait plus de mal que l'existence même du mal.
Claude Roy ; L'ami lointain (1987)

La passion d'amour n'a pas besoin pour brûler à haute flamme de la présence réelle.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

Aimer, c'est accepter de s'abandonner, c'est donner prise.
Claude Roy ; L'étonnement du voyageur (1990)

Le bonheur rend les sots satisfaits, ils croient l'avoir mérité.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

L'ennui est un avertissement, qu'on n'écoute jamais trop.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

Le vrai malheur rend le vrai bonheur presque inimaginable.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Savoir est bon ; mais savoir où ranger son savoir pour le retrouver, cela est excellent.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

Vouloir être aimé pour soi-même c'est parfois trop demander.
Claude Roy ; Les rencontres des jours (1992)

L'amour est un plaisir qui varie les plaisirs.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Aimer plus longtemps qu'on aime, c'est toujours... en remettre.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Tu es une hypocrite, dit-il ; on l'est toujours un peu si on est poli, dit-elle.
Claude Roy ; Le malheur d'aimer (1958)

Le souvenir d'un bonheur n'est bénéfique que lorsque celui qui se souvient est encore heureux.
Claude Roy ; L'ami lointain (1987)