Denis Diderot (3)

Les citations de Denis Diderot :

La différence de l'idiot et l'imbécile consiste en ce qu'on naît idiot, et qu'on devient imbécile.
Denis Diderot ; L'encyclopédie (1747-1765)

Plus il y a d'idiotismes, plus les temps sont malheureux, plus les idiotismes se multiplient.
Denis Diderot ; Le neveu de Rameau (1762)

Vive la philosophie, vive la sagesse de Salomon : boire du bon vin, se gorger de mets délicats, se rouler sur de jolies femmes, se reposer dans des lits bien mollets ; excepté cela, le reste n'est que vanité.
Denis Diderot ; Le neveu de Rameau (1762)

Savoir faire des coupables, c'est la seule ressource des hommes atroces pour perdre des gens de bien qui les gênent. Il est donc très important d'être en garde contre cette espèce de méchanceté.
Denis Diderot ; Pensées philosophiques (1746)

Toujours demander l'approbation dont on peut se passer, c'est un moyen très sûr de dérober au peuple sa servitude.
Denis Diderot ; Pensées philosophiques (1746)

Donner de belles raisons. Il serait beaucoup mieux de n'en point donner du tout, ou d'en donner de bonnes.
Denis Diderot ; Pensées philosophiques (1746)

Le sentiment que j'avais est usé ; j'ai pesé la peine et le plaisir : et le plaisir m'a paru léger.
Denis Diderot ; Lettre à Sophie Volland (1759)

Il faut avoir un ami, qu'en tout temps, pour son bonheur on écoute, on consulte, qui sache rendre à notre âme en tumulte, les maux moins vifs et les plaisirs plus grands.
Denis Diderot ; Lettre à Sophie Volland (1759)

Il faut penser ; sans quoi l'homme devient malgré son âme un cheval de somme ; il faut aimer : c'est ce qui nous soutient ; car sans aimer, il est triste d'être homme.
Denis Diderot ; Lettre à Sophie Volland (1759)

Il faut la nuit dire tout ce qu'on sent au tendre objet que notre cœur adore ; se réveiller pour en redire autant, puis se rendormir pour y songer encore.
Denis Diderot ; Lettre à Sophie Volland (1759)

Ne payez jamais d'avance, si vous ne voulez pas être mal servi.
Denis Diderot ; Jacques le fataliste et son maître (1765-1784)

L'homme de bien est celui qui aime tous ses semblables, autant que la raison le permet.
Denis Diderot ; Opinions des anciens philosophes (1769)

Ecrire de grandes choses vaut mieux que d'en exécuter de petites.
Denis Diderot ; Le neveu de Rameau (1762)

Si tout ici bas était excellent, il n'y aurait rien d'excellent.
Denis Diderot ; Le neveu de Rameau (1762)

Parler de son ennemi avec éloge, si c'est pour lui rendre la justice qu'il mérite, c'est bien fait ; si c'est pour l'entretenir dans une fausse sécurité et le perdre plus sûrement, c'est une perfidie.
Denis Diderot ; Pensées philosophiques (1746)

On ne peut s'intéresser qu'à ce qu'on croit vrai.
Denis Diderot ; Jacques le fataliste et son maître (1765-1784)

Il n'y a qu'un devoir, c'est d'être heureux ; il n'y a qu'une vertu, c'est la justice.
Denis Diderot ; Essai sur la vie de Sénèque (1778)

La modestie est la réflexion d'un cœur honnête qui condamne son ambition.
Denis Diderot ; Maximes et pensées (1784)

Il n'y a que les grandes passions qui puissent élever l'âme aux grandes choses.
Denis Diderot ; Pensées philosophiques (1746)

Il n'y a que les femmes qui sachent aimer, les hommes n'y entendent rien.
Denis Diderot ; Jacques le fataliste et son maître (1765-1784)

Il y a un tact moral qui s'étend à tout et que le méchant n'a point.
Denis Diderot ; Discours sur la poésie dramatique (1758)

L'argent des sots est le patrimoine des gens d'esprit.
Denis Diderot ; Le neveu de Rameau (1762)

Quoi de plus commun que de se croire deux nez au visage, et de se moquer de celui qui se croit deux trous au cul ?
Denis Diderot ; Bijoux indiscrets (1748)

Ce qui rend les gens du monde si délicats sur leurs amusements, c'est leur profonde oisiveté.
Denis Diderot ; Le neveu de Rameau (1762)

Ne soyez point comme des esclaves qui obéissent à leur maître par la vue de la récompense, obéissez sans espérer aucun fruit de vos travaux ; que la crainte du Seigneur soit sur vous.
Denis Diderot ; Maximes et pensées (1784)