Denys Caton (2)

Les citations de Denys Caton :

D'esprit toujours égal, jamais ne t'abandonne à dire ou faire rien qui soit contraire à toi : Un homme ne saurait s'entendre avec personne qui n'est pas d'accord avec soi.
Denys Caton ; Distiques, Livre 1, IV - IIIe s.

Aux objets les plus chers, lorsqu'ils peuvent te nuire, renonce avec facilité : L'amour même des biens, pour ne pas nous séduire, doit céder à son tour à notre utilité.
Denys Caton ; Distiques, Livre 1, VI - IIIe s.

Veille autant que tu peux ; et fuyant la mollesse, des douceurs du repos n'use que sobrement ; car le trop long sommeil engendre la paresse, qui sert au vice d'aliment.
Denys Caton ; Distiques, Livre 1, II - IIIe s.

Montre-toi vivement sensible aux bons offices, que dans l'occasion quelqu'un t'aura rendus, et n'imite pas ceux près de qui les services, et les plus grands soins sont perdus.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XLII - IIIe s.

Ne vas pas en public censurer la conduite, d'un homme qui longtemps fut un de tes amis ; bien qu'il ait changé dans la suite, pense toujours aux nœuds qui vous avaient unis.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XLI - IIIe s.

Viens offrir à ton Dieu l'encens et la prière ; laisse pour le travail croître les animaux, et ne crois pas du Ciel apaiser la colère, en versant le sang des taureaux.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XXXVIII - IIIe s.

N'étant point assuré du temps que tu dois vivre, envisage de près le moment du trépas : Comme tu vois ton ombre attachée à te suivre, la mort te suit à chaque pas.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XXXVII - IIIe s.

Si la perte des biens te met dans la détresse, en ton affliction sois sage et retenu ; mais montre une juste allégresse, si tu vois par hasard grossir ton revenu.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XXXV - IIIe s.

Fais de tes revenus un honorable usage ; de l'infâme avarice abhorre les liens : De ton or quel est l'avantage, lorsque tu restes pauvre au milieu de tes biens ?
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XVI - IIIe s.

Par un faux esprit de critique, des actions d'autrui ne sois point le censeur, de peur qu'à ton exemple un autre satirique, ne t'accable à ton tour en raillant le railleur.
Denys Caton ; Distiques, Livre III, VII - IIIe s.

À cultiver les arts donne ton premier soin.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XIX - IIIe s.

Te voyant opulent dans l'extrême vieillesse, qui t'annonce un trépas prochain, à tes meilleurs amis fais part de ta richesse ; et jouis de la vie en attendant la fin.
Denys Caton ; Distiques, Livre 3, IX - IIIe s.

Si tu veux vivre heureux, méprise l'opulence, garde-toi de courir après l'or et l'argent : Au sein même de l'abondance l'avare des mortels est le plus indigent.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, I - IIIe s.

N'use jamais de sortilège pour percer les secrets de la Divinité : Celui, dont dépend l'homme, use du privilège de disposer de lui sans qu'il soit consulté.
Denys Caton ; Distiques, Livre 2, XII - IIIe s.

Tâche en tout de tendre à l'utile ; prends garde que l'erreur n'y glisse son venin : Si le travail est difficile, soutiens-le par l'espoir d'un salaire certain.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, VII - IIIe s.

Ne t'abandonne point à la funeste envie de savoir le moment décisif de ton sort : Quiconque s'accoutume à mépriser la vie, voit sans crainte approcher la mort.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, XXII - IIIe s.

N'aime l'argent que pour l'usage, et de son vain éclat ne sois jamais épris : À ce trait on connaît le sage, qui pour le métal seul ne sent que du mépris.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, IV - IIIe s.

Entre tous les défauts les plus dignes de blâme, évite l'avarice et fuis la volupté : Un homme passe pour infâme, sur ces vices honteux sitôt qu'il est noté.
Denys Caton ; Distiques, Livre 2, XIX - IIIe s.

Ne soutiens jamais par colère quelque fait que ce soit, surtout s'il est douteux : La raison vainement t'offrira sa lumière, lorsque la passion te fermera les yeux.
Denys Caton ; Distiques, Livre 2, IV - IIIe s.

Tu crois devoir donner quelque avis salutaire, qu'un indocile ami ne veut pas recevoir. Ne te rebute point ; et d'un amour sincère, montre-lui toujours son devoir.
Denys Caton ; Distiques, Livre 1, IX - IIIe s.

Des grands parleurs surtout prends de la défiance ; qui parle beaucoup dit peu de vérité.
Denys Caton ; Distiques, Livre 2, XX - IIIe s.

Si tu veux conserver une vigueur parfaite, tu dois user de tout avec sobriété, le plus souvent faire diète, peu donner aux plaisirs, beaucoup à la santé.
Denys Caton ; Distiques, Livre 2, XXVIII - IIIe s.

Pense dans l'opulence à jouir de la vie, ne te refusant rien pour la santé du corps : Le riche a des écus, mais, par la maladie, il perd le plus grand des trésors.
Denys Caton ; Distiques, Livre 4, V - IIIe s.