Diane de Beausacq, née Marie Joséphine de Suin

Quelques mots sur l'auteur :

Diane de Beausacq

Marie Joséphine de Suin, directrice de La mode illustrée et femme de lettres française connue sous le nom de ville de Comtesse Diane de Beausacq, et ses noms de plume de Comtesse Diane et Emmeline Raymond, est née le 3 octobre 1829 à Cherbourg et morte le 19 décembre 1899 à Paris.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 22 citations de Diane de Beausacq :

L'égalité des droits implique toujours l'égalité des devoirs.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

Pour la jeunesse le devoir n'est nulle part, mais le droit, en revanche, est partout.
Diane de Beausacq ; À quelque chose malheur est bon (1866)

Le pédant pense toujours que l'apparence suffira pour éblouir et établir son mérite.
Diane de Beausacq ; Lettres d'une marraine à sa filleule (1863)

Une carrière ne s'improvise pas, elle se construit.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

On naît timide, on devient arrogant.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

Qui pense moins à soi pense davantage aux autres.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

La politesse rapporte plus qu'elle ne coûte.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

La politesse ne peut être que mutuelle.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

Ne plus aimer, c'est ne pas aimer en sachant pourquoi.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

Le jaloux est un martyr qui martyrise.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

Une confiance imperturbable en soi est le premier élément de succès.
Diane de Beausacq ; La mode et la parisienne (1867)

Qui ne se gêne pas gêne autrui.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

L'amitié en veut à l'amour, comme le pauvre en veut au riche.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

Celui qui arrange un mariage sacrifie d'ordinaire une de ses connaissances à un de ses amis.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

Gâter les enfants, c'est les tromper sur la vie, qui, elle, ne gâte pas les hommes.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

Ceux qui s'écoutent eux-mêmes n'écoutent jamais les autres.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

Pour être poli, soyez bon.
Diane de Beausacq ; La civilité non puérile, mais honnête (1863)

Toujours prêt à se dévouer, un bon cœur pratique l'entraide d'une manière naturelle.
Diane de Beausacq ; Les maximes de la vie (1883)

Rien n'est plus contagieux que l'exemple, et le dévouement rapporte plus qu'il ne coûte.
Diane de Beausacq ; Lettres d'une marraine à sa filleule (1863)

La postérité rend à chacun ce qui lui est dû.
Diane de Beausacq ; Lettres d'une marraine à sa filleule (1863)

Avec ce goût, la lecture, une femme est à l'abri des atteintes du plus dangereux de ses ennemis : l'ennui.
Diane de Beausacq ; Lettres d'une marraine à sa filleule (1863)

Le pédantisme est la conséquence d'un jugement faussé par l'égoïsme.
Diane de Beausacq ; Lettres d'une marraine à sa filleule (1863)