Félicité Robert de Lamennais (2)

Les citations de Félicité Robert de Lamennais :

De la haine d'autrui dérivent l'envie, le méchant vouloir, père de la violence et de la ruse.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)

On peut s'aimer dans l'idée qu'on se fait de soi-même, de sa supériorité personnelle, de ses avantages de tout genre ; mais cet amour désordonné est l'orgueil, d'où le désir effréné de commander et de dominer, avec toutes ses suites si fatales à la race humaine.
Félicité Robert de Lamennais ; Esquisse d'une philosophie (1840)

L'homme doit aimer l'homme jusqu'à tout sacrifier, et sa vie même.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

L'indolence est la sœur de la paresse.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Toute perfection relative suppose une perfection absolue.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Qu'est-ce que la mort ? Le lendemain des grandeurs, des richesses, des plaisirs. On se couche dans les pompes et dans les voluptés, on se réveille dans le sépulcre, sous un froid linceul, entre l'oubli de la terre et l'éternité de l'enfer ou du ciel.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Si l'on peut en finir du passé avec l'oubli, on n'en finit pas de l'avenir avec l'imprévoyance.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La plupart des erreurs sont des vérités égarées.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Les jours passent, et ils emportent avec eux, les espérances trompées.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

L'amour est inépuisable, il vit et renaît de lui-même, et plus il s'épanche, plus il surabonde.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Au moment où la foi sort du cœur, la crédulité entre dans l'esprit.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

L'un des caractère de notre siècle est de corrompre le bien, au point de le rendre pire que le simple mal.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Il y a peu d'âmes assez fortes pour s'élever jusqu'à l'orgueil, presque toutes croupissent dans la vanité.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Qui à trente ans ne s'est pas désabusé d'apprendre ne se doutera jamais de ce que c'est que savoir.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

L'amour est infatigable, il ne se lasse jamais.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

On peut et l'on doit avancer sans cesse dans les sciences naturelles ou d'observation ; mais leur objet étant infini, il n'y a point de vrai progrès. En marchant toujours, on est toujours à la même distance du but. Cependant, trompé par ce mouvement continu, on se persuade qu'on arrivera. C'est un leurre donné aux esprits faibles pour amuser leur curiosité et consoler leur orgueil.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Comme les vers dévorent un cadavre, les vices dévorent l'homme.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Celui qui est plus fort qu'un seul, sera moins fort que deux.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Lorsqu'un arbre est seul, il est battu des vents et dépouillé de ses feuilles ; ses branches, au lieu de s'élever, s'abaissent comme si elles cherchaient la terre. Lorsqu'une plante est seule, ne trouvant point d'abri contre l'ardeur du soleil, elle languit et se dessèche, et meurt. Lorsque l'homme est seul, le vent de la puissance le courbe vers la terre, et l'ardeur de la convoitise des grands de ce monde absorbe la sève qui le nourrit. Ne soyez donc point comme la plante et comme l'arbre qui sont seuls : mais unissez-vous les uns aux autres, et appuyez-vous, et abritez-vous mutuellement.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

La prière est la rosée qui rafraîchit l'âme de l'homme.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Il y a toujours des vents brûlants, qui passent sur l'âme de l'homme, et la dessèchent.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

La prière rend l'affliction moins douloureuse, et la joie plus pure.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Le plus haut degré de crédulité est la foi en soi-même.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Quand on ne porte pas l'amour de soi jusqu'à la haine des autres, on est tranquille, on se croit en règle.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Toutes nos joies sont soudaines, jamais elles ne naissent de la réflexion : on dirait qu'elles ne peuvent entrer dans l'âme que par surprise.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)