Félicité Robert de Lamennais (2)

Les citations de Félicité Robert de Lamennais :

La plupart des erreurs sont des vérités égarées.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Au moment où la foi sort du cœur, la crédulité entre dans l'esprit.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Qui à trente ans ne s'est pas désabusé d'apprendre ne se doutera jamais de ce que c'est que savoir.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

L'amour est infatigable, il ne se lasse jamais.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

On peut et l'on doit avancer sans cesse dans les sciences naturelles ou d'observation ; mais leur objet étant infini, il n'y a point de vrai progrès. En marchant toujours, on est toujours à la même distance du but. Cependant, trompé par ce mouvement continu, on se persuade qu'on arrivera. C'est un leurre donné aux esprits faibles pour amuser leur curiosité et consoler leur orgueil.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Comme les vers dévorent un cadavre, les vices dévorent l'homme.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Celui qui est plus fort qu'un seul, sera moins fort que deux.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Lorsqu'un arbre est seul, il est battu des vents et dépouillé de ses feuilles ; ses branches, au lieu de s'élever, s'abaissent comme si elles cherchaient la terre. Lorsqu'une plante est seule, ne trouvant point d'abri contre l'ardeur du soleil, elle languit et se dessèche, et meurt. Lorsque l'homme est seul, le vent de la puissance le courbe vers la terre, et l'ardeur de la convoitise des grands de ce monde absorbe la sève qui le nourrit. Ne soyez donc point comme la plante et comme l'arbre qui sont seuls : mais unissez-vous les uns aux autres, et appuyez-vous, et abritez-vous mutuellement.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

La prière est la rosée qui rafraîchit l'âme de l'homme.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Il y a toujours des vents brûlants, qui passent sur l'âme de l'homme, et la dessèchent.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

La prière rend l'affliction moins douloureuse, et la joie plus pure.
Félicité Robert de Lamennais ; Paroles d'un croyant (1833)

Le plus haut degré de crédulité est la foi en soi-même.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Quand on ne porte pas l'amour de soi jusqu'à la haine des autres, on est tranquille, on se croit en règle.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Toutes nos joies sont soudaines, jamais elles ne naissent de la réflexion : on dirait qu'elles ne peuvent entrer dans l'âme que par surprise.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

L'homme qui est seul cherche la société, la parole, la vie ; l'esprit qui est seule cherche Dieu.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La morale est une plante dont la racine est dans le ciel, et dont les fleurs et les fruits parfument et embellissent la terre.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Une société est bien malade, lorsqu'au lieu de voir dans l'avenir la succession du présent, on n'y voit que sa destruction.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La vie est une sorte de mystère triste, dont la foi seule a le secret.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La vie est comme une nuit d'hiver, triste et longue; la philosophie la fait haïr, la religion la fait supporter, ce n'est pas son moins beau triomphe.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La curiosité, si naturelle à l'homme, a des racines dans sa grandeur ; mais il faut de l'application pour les y découvrir : elle en a de moins cachées dans sa misère.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La preuve que nul esprit n'est juste de tout point, c'est l'estime que chacun fait de soi-même.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Il ne faut pas fouler d'impôts les pays stériles, ni demander aux hommes trop de délicatesse.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

Le passé est une lampe placée à l'entrée de l'avenir, pour dissiper les ténèbres qui le couvrent.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La prière est le langage de l'espérance, la plus tendre expression de l'amour.
Félicité Robert de Lamennais ; Pensées diverses (1854)

La liste des auteurs populaires :