François de Salignac de La Mothe-Fénelon (3)

Les meilleures citations de Fénelon :

La gloire n'est due qu'à un cœur qui sait souffrir la peine et fouler aux pieds les plaisirs.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

Heureux celui qui, n'étant point esclave d'autrui, n'a point la folle ambition de faire d'autrui son esclave.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

La souveraineté réside dans la nation.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Le bon gouvernement est celui où les citoyens sont élevés dans le respect des lois, dans l’amour de la patrie et du genre humain, qui est la grande patrie.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Les bonnes mœurs produisent la santé.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

La sagesse même doit être sobre et tempérée.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Quand vous cherchez la vérité, ne croyez pas à vos sentiments, et ne vous appuyez pas trop sur vos pensées.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Les enfants sont les fruits de la bénédiction du mariage.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Le premier pas dans le vice mène insensiblement jusqu'au crime, et l'homme aveugle n'aperçoit le précipice qu'après y être tombé.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

L'innocence est une santé précieuse de l'âme : c'est une ressource et une consolation dans les plus affreuses douleurs.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

L'amour est lui seul plus à craindre que tous les naufrages.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

La science la plus difficile est de désapprendre le mal.
Fénelon ; L'abrégé des vies des anciens philosophes (1726)

Quiconque ne sait pas souffrir n'a point un grand cœur.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

L'amour, il faut le désirer, travailler à le mériter, sans sentir le malheur d'en être privé.
Fénelon ; Lettres sur la religion (1713)

La politesse est de toutes les nations ; les manières de l'exprimer sont différentes, mais indifférentes de leur nature.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

L'ambition et l'avarice des hommes sont les seules sources de leur malheur.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

Le bien qu'on fait n'est jamais perdu ; si les hommes l'oublient, les dieux s'en souviennent.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

L'amour-propre subtil et pénétrant ne pardonne rien à l'amour-propre d'autrui.
Fénelon ; Lettre à la duchesse Douairière de Mortemart, le 11 octobre 1710.

La bassesse est quelquefois le chemin de la fortune, mais elle ne procure jamais l'estime.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Il y a dans la véritable vertu une candeur et une ingénuité que rien ne peut contrefaire et à laquelle on ne se méprend point.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Malgré toute son impudence, le vice rend un hommage forcé à la vertu, en voulant se parer de ce qu'elle a de plus beau, pour recevoir les honneurs qu'elle se fait rendre.
Fénelon ; Les réflexions et pensées recueillies (1720)

Le malheur dépend moins de ce qu'on souffre que de l'impatience avec laquelle on augmente son malheur.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

II n'y a pas de bonheur par amour-propre.
Fénelon ; Les aventures de Télémaque (1699)

L'amitié ne remercie ni ne se laisse remercier.
Fénelon ; Manuel de la piété chrétienne (1713)

La liste des auteurs populaires :