Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski, dit Fedor Dostoïevski

Quelques mots sur l'auteur :

Fiodor Dostoïevski

Écrivain et romancier russe né le 11 novembre 1821 à Moscou en Russie, Fiodor Dostoïevski est décédé le 9 février 1881 à Saint-Pétersbourg. Dostoïevski meurt à l'âge de 59 ans d'une hémorragie, il repose au cimetière Tikhvine à Saint-Pétersbourg.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 50 citations de Fiodor Dostoïevski :

Quand tu m'as embrassé, cela est arrivé une fois et je ne l'oublierai jamais, un brouillard a voilé mes yeux et toute mon âme s'est fondue.
Fiodor Dostoïevski ; Nétotchka Nezvanova (1849)

Les larmes sont impuissantes contre le malheur, je le sais par expérience.
Fiodor Dostoïevski ; Les pauvres gens (1846)

Soyez un homme noble, ferme dans l'adversité ; rappelez-vous que pauvreté n'est pas vice. D'ailleurs, pourquoi désespérer ? Tout cela n'aura qu'un temps ! Avec l'aide de Dieu tout s'arrangera.
Fiodor Dostoïevski ; Les pauvres gens (1846)

Les malheureux, les pauvres, doivent s'écarter les uns des autres pour ne pas aggraver leur mal. Le malheur est une maladie contagieuse.
Fiodor Dostoïevski ; Les pauvres gens (1846)

Quand je suis chagrine, j'aime à bavarder sur quelque chose. C'est un remède : on se sent soulagé tout de suite, surtout si l'on dit tout ce qu'on a sur le cœur.
Fiodor Dostoïevski ; Les pauvres gens (1846)

Celui qui creuse une fosse pour autrui y tombe lui-même.
Fiodor Dostoïevski ; Les pauvres gens (1846)

L'humanité pleine d'amour est une force redoutable, à nulle autre pareille.
Fiodor Dostoïevski ; Les frères Karamazov (1880)

Là où l'amour n'existe pas, la raison, elle aussi, est absente.
Fiodor Dostoïevski ; Les carnets du sous-sol (1864)

L'homme est malheureux parce qu'il ne sait pas qu'il est heureux.
Fiodor Dostoïevski ; Les démons (1871)

L'homme, quels que soient ses péchés, ne peut épuiser la miséricorde divine.
Fiodor Dostoïevski ; Les frères Karamazov (1880)

Si l'homme n'est pas lâche, il doit fouler aux pieds toutes les craintes qui l'arrêtent !
Fiodor Dostoïevski ; Crime et châtiment (1866)

La charité n'atteint pas son but parce qu'elle ne fait qu'augmenter la mendicité.
Fiodor Dostoïevski ; Les démons (1871)

Rien ne peut compenser une seule larme d'un seul enfant.
Fiodor Dostoïevski ; Les frères Karamazov (1880)

Il est impardonnable de maltraiter une créature sans défense, surtout un enfant !
Fiodor Dostoïevski ; Le milieu (1873)

En passant l'éponge sur tout méfait, un malfaiteur croit que tout lui est permis.
Fiodor Dostoïevski ; Le milieu (1873)

Ce n'est pas en enfermant son voisin qu'on se convainc de son propre bon sens.
Fiodor Dostoïevski ; Journal d'un écrivain (1873-1881)

Mettre à mort un meurtrier est une punition sans commune mesure avec le crime qu’il a commis.
Fiodor Dostoïevski ; L'idiot (1868)

Prends garde que ton crachat ne te retombe sur la figure.
Fiodor Dostoïevski ; Crime et châtiment (1866)

Les petites choses ont leur importance, c'est toujours par elles qu’on se perd.
Fiodor Dostoïevski ; Crime et châtiment (1866)

L'homme qui a tout entre les mains laisse parfois tout lui passer sous le nez.
Fiodor Dostoïevski ; Crime et châtiment (1866)

Sur la terre il est impossible de s'arranger sans mentir.
Fiodor Dostoïevski ; Bobok (1873)

On ne méprise pas celui qu'on craint.
Fiodor Dostoïevski ; L'idiot (1868)

La beauté est une énigme.
Fiodor Dostoïevski ; L'idiot (1868)

Ce qu'il y a de plus odieux dans l'argent, c'est qu'il confère même des talents.
Fiodor Dostoïevski ; L'idiot (1868)

On compare parfois la cruauté de l'homme à celle des fauves, c'est faire injure aux fauves.
Fiodor Dostoïevski ; Les frères Karamazov (1880)