Françoise de Graffigny

Quelques mots sur l'auteur :

Françoise de Graffigny

Écrivaine et femme de lettres française née le 11 février 1695 à Nancy en Lorraine, Françoise de Graffigny, née d'Issembourg du Buisson d'Happoncourt, est décédée le 12 décembre 1758 à Paris à l'âge de 63 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 37 citations de Françoise de Graffigny :

Mes regards unis aux siens par la tendresse et le plaisir, il n'est point d'ornements plus précieux que les chaînes de l'amour.
Françoise de Graffigny ; Lettres d'une Péruvienne (1747)

Tu es le soleil de mes jours, tu les éclaires, tu les prolonges, ils sont à toi.
Françoise de Graffigny ; Lettres d'une Péruvienne (1747)

L'instinct, toujours vrai, ne produit de mauvais effets que dans les âmes médiocres.
Françoise de Graffigny ; Nouvelle espagnole (1745)

Obtenons tout par tendresse, et rien par autorité.
Françoise de Graffigny ; Cénie, III, 1 (1750)

Quel que soit l'amour, les peines le diminuent, le désespoir l'éteint.
Françoise de Graffigny ; Lettres d'une Péruvienne (1747)

La dissimulation n'est point un vice, et trop de sincérité est souvent un défaut.
Françoise de Graffigny ; Cénie, I, 2 (1750)

Une espérance fondée est un bien réel, mais elle est bien plus chère quand on en voit le terme.
Françoise de Graffigny ; Lettres d'une Péruvienne (1747)

Le bonheur, qui consiste dans la tendre union des âmes, dépend d'une sincérité et d'une confiance la plus intime.
Françoise de Graffigny ; Nouvelle espagnole (1745)

L'extrême sévérité n'est pas le meilleur soutien des lois.
Françoise de Graffigny ; Nouvelle espagnole (1745)

La mort ne manque à personne, quand on la préfère à la honte.
Françoise de Graffigny ; La fille d'Aristide, IV, 8 (1758)

Si l'on manque aux malheureux, c'est toujours faute d'humanité.
Françoise de Graffigny ; La fille d'Aristide, IV, 9 (1758)

Si les hommes étaient sans défauts, il y aurait trop peu de mérite à leur rendre des services.
Françoise de Graffigny ; La fille d'Aristide, I, 6 (1758)

Les coquettes ne pardonnent pas le mépris de leurs charmes.
Françoise de Graffigny ; La fille d'Aristide (1758)

La négligence d'un père de famille a plus ruiné d'enfants que la dissipation.
Françoise de Graffigny ; La fille d'Aristide, I, 1 (1758)

Si l'excessive bonté est quelquefois trompée, elle n'est pas moins la première des vertus.
Françoise de Graffigny ; Cénie, V, 4 (1750)

Le courage et le silence sont la noblesse des malheureux.
Françoise de Graffigny ; Cénie, V, 3 (1750)

Un zèle trop ardent est souvent plus prompt à se démentir.
Françoise de Graffigny ; Cénie, IV, 5 (1750)

La honte, ce tyran des âmes nobles, n'habite qu'avec les hommes ; fuyons-les !
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 5 (1750)

Il n'est pas si aisé qu'on le pense de faire des heureux.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 3 (1750)

C'est gagner beaucoup que de détruire un soupçon.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 3 (1750)

Un ami qu'on n'ose avouer est toujours fort suspect.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 3 (1750)

La reconnaissance et l'ingratitude ne sont point incompatibles, on n'a que trop souvent les procédés de l'une avec les sentiments de l'autre.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 2 (1750)

Dans le cœur d'un homme, l'amour même console des malheurs qu'il cause.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 1 (1750)

Il est des occasions malheureuses où le choix ne nous est pas permis.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 1 (1750)

Les véritables malheur sont ceux du cœur.
Françoise de Graffigny ; Cénie, II, 1 (1750)