George Sand (4)

Les citations célèbres de George Sand :

Travailler, et travailler, c'est le moyen de ne jamais s'ennuyer.
George Sand ; Le péché de Monsieur Antoine (1847)

L'esprit de l'homme est enclin à l'orgueil, et l'orgueil corrompt l'esprit.
George Sand ; Spiridion, Roman (1839)

La solitude, sans la foi et l'amour divin, est un tombeau !
George Sand ; Spiridion, Roman (1839)

La miséricorde est le plus bel attribut de Dieu.
George Sand ; Lélia (1833)

Le paradis, c'est la fusion de deux âmes dans un baiser d'amour.
George Sand ; Leone Leoni (1835)

La sagesse paraît sur le visage du sage, mais les regards du fou parcourent la terre.
George Sand ; Lettres d'un voyageur (1834)

Le fier a toujours les yeux hautains, et le cœur enflé.
George Sand ; Lettres d'un voyageur (1834)

L'amitié repose sur des faits, et se prouve par des services.
George Sand ; Jacques (1834)

Il faut cultiver les hautes facultés de l'intelligence aussi bien que les doux instincts du cœur.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)

L'amour seul peut te donner une heure d'extase : Profites-en !
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)

Il n'est point de justice sans connaissance.
George Sand ; Les sept cordes de la lyre (1840)

Pour être téméraire, il ne suffit pas d'être volontaire, il faut encore être innocent jusqu'à l'ignorance.
George Sand ; Mont Revèche (1853)

Le beau malheur que d'être refusé par une femme ! Pour en avoir dix, il faut en demander cent.
George Sand ; Le pressoir, III, 8 (1853)

Le cœur de l'homme n'a pas plus de vigueur que les biens de la vie n'ont de durée.
George Sand ; Leone Leoni (1835)

L'amour est aveugle là où l'amitié est clairvoyante.
George Sand ; Teverino (1846)

Tout vaniteux déteste son pareil, et raille en lui le vice qu'il porte en lui-même.
George Sand ; Consuelo (1843)

Les hommes sont faux, ambitieux, vaniteux, égoïstes, et le meilleur ne vaut pas le diable.
George Sand ; Lettre à Gustave Flaubert, le 26 juillet 1870.

Une femme douce, instruite et charmante, est un rayon de soleil dans la vie.
George Sand ; Le pavé, Comédie, le 18 mars 1862.

Plus on se sent épris, et plus on doit offrir sérieusement son âme.
George Sand ; Mademoiselle La Quintinie (1863)

Mépris pour mépris, j'aime mieux celui de la haine que celui de la pitié.
George Sand ; Isidora, Roman (1846)

Ce que je méprise, c'est le mépris du monde.
George Sand ; L'histoire de ma vie (1855)

L'amour ne se brise pas comme une chaîne matérielle : il ne peut que s'éteindre peu à peu.
George Sand ; Antonia (1863)

Une femme, quand elle est héroïque, ne l'est pas à demi.
George Sand ; Elle et lui (1859)

Comprendre l'amour du mal est impossible à qui a l'amour du bien.
George Sand ; Correspondance (1812-1876)

La flatterie est le joug qui courbe les têtes ardentes et légères.
George Sand ; Indiana (1832)