Goswin de Stassart (2)

Les citations de Goswin de Stassart :

On ne se persuade pas assez en politique que déshonorer une cause, c'est la perdre.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La patience et le temps sont les meilleurs guides.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Il n'est pas rare de trouver, par le monde, des fous de beaucoup d'esprit et des sots d'un prodigieux savoir.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La médiocrité est le partage des âmes basses et ordinaires.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'homme est ainsi fait qu'il s'irrite bien plus des vertus que des vices d'un adversaire.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Supprimez les fripons, les intrigants et les ennuyeux, et il reste peu de gens dans la société.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Les cœurs s'échangent, ils ne se vendent point.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Le critique qui n'a jamais publié de livres se montre d'autant plus sévère qu'il n'a point de représailles à craindre.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La médisance est l'apanage de la sottise et de la médiocrité.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La vertu factice s'étale et se pavane, la vertu réelle se couvre d'un voile.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Innover est plus souvent déplacer que détruire les abus.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'ambition est la mère de tous les crimes, elle n'admet point de rivaux.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

De sa mémoire, le pessimiste en fait l'écho de ses chagrins, et l'optimiste l'écho de ses joies et plaisirs.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Penser toujours ce qu'on dit est un devoir, mais dire toujours ce qu'on pense est un travers.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Sans l'économie, que les gens confondent avec l'avarice, la bienfaisance et la générosité seraient plus rares.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

La modération plus que toute autre vertu sert de garantie au bonheur.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Qui cherche à flatter les passions de la multitude en est bientôt le complice ou la victime.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'amitié doit naître de la sympathie et non d'un froid calcul de combinaisons égoïstes.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Une prudente réserve pourrait servir de parachute à la sottise, mais il est rare qu'elle veuille en faire usage.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Le temps et l'à-propos sont les meilleurs auxiliaires du génie.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Le bien qu'on espère paraît toujours plus beau que celui dont on jouit.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

L'amitié, lorsqu'elle est vraie, agit plus qu'elle ne parle.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Médire les riches est la consolation des pauvres que la fortune néglige.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Pour qu'une vérité utile puisse aujourd'hui circuler librement, il faut que le mensonge la colore.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)

Les hommes qui se piquent le plus d'habileté ne sont pas toujours ceux qui réussissent le mieux.
Goswin de Stassart ; Pensées et maximes (1780-1854)