Gustave Nadaud

Quelques mots sur l'auteur :

Gustave Nadaud

Chansonnier, interprète, compositeur et poète français né le 20 février 1820 à Roubaix dans le Nord, Gustave Nadaud est décédé le 28 avril 1893 à Paris. Auteur de plus de 300 chansons, il meurt à l'âge de 76 ans. Gustave Nadaud repose auprès de ses parents au cimetière de Montmartre à Paris.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 35 citations de Gustave Nadaud :

Je garderai de mon martyre, je garderai de mon bonheur, une tristesse au fond de mon sourire, comme un sourire au fond de ma douleur.
Gustave Nadaud ; Consolation (1867)

Les bons cœurs font les bons bras.
Gustave Nadaud ; La ferme (1870)

L'amant qui s'envole ne vaut pas le mari qu'on tient.
Gustave Nadaud ; La petite ville (1851)

Quand on n'a pas ce que l'on désire, il faut se contenter de ce que l'on a.
Gustave Nadaud ; L'éternel insatisfait (1851)

Les beaux hommes sont trop bêtes, et les non bêtes sont trop laids.
Gustave Nadaud ; Une conscience de dix-sept ans (1851)

On peut, sans être belle, avoir du charme et de l'esprit.
Gustave Nadaud ; Une conscience de dix-sept ans (1851)

À chacun son goût et sa folie.
Gustave Nadaud ; Une conscience de dix-sept ans (1851)

On n'entend que ce qu'on écoute.
Gustave Nadaud ; Une conscience de dix-sept ans (1851)

Quand on n'est pas bon à grand chose, on peut se croire propre à tout.
Gustave Nadaud ; Le cavalier (1867)

Vivez jeunesse, vous dont le cœur est ouvert aux désirs, et n'amassez pour l'avare vieillesse, que le trésor des souvenirs.
Gustave Nadaud ; Le bouquet (1870)

Tout parfum s'évapore, et tout flambeau s'éteint.
Gustave Nadaud ; Le bouquet (1870)

La part que je connais vaut le tout que j'ignore.
Gustave Nadaud ; Bonheur et plaisirs (1870)

Quand on n'a pas ce qu'on désire, il faut manger ce que l'on a.
Gustave Nadaud ; L'aigle et le moineau (1870)

La faim est un bon maître.
Gustave Nadaud ; Clodion (1870)

C'est en travaillant que le temps passe.
Gustave Nadaud ; La ferme (1870)

Quand on s'est aimé dès l'enfance, et qu'on a vu passer la saison des amours, cela vous donne l'assurance, que si l'on s'aime encore on s'aimera toujours !
Gustave Nadaud ; La ferme (1870)

Les longs jours sont faits pour les longues tâches.
Gustave Nadaud ; La ferme (1870)

Honte aux paresseux, mépris pour les lâches !
Gustave Nadaud ; La ferme (1870)

Du meilleur au pire, la différence est mince.
Gustave Nadaud ; Le proverbe manqué (1870)

On n'est pas sot pour être musulman.
Gustave Nadaud ; L'Osmanomanie (1951)