Guy du Faur de Pibrac

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Guy du Faur de Pibrac

Poète, magistrat et diplomate français né en 1529 à Pibrac dans le département de la Haute-Garonne, Guy Du Faur, seigneur de Pibrac, est décédé le 27 mai 1584 à Paris à l'âge de 55 ans.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 20 citations de Guy du Faur de Pibrac :

Avec le jour commence ta journée, de l'Éternel le saint nom bénissant ; le soir aussi ton labeur finissant, loue-le encore, et passe ainsi l'année.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Si en jugeant la faveur te commande, si corrompu par or ou par présents, tu fais justice au gré des courtisans, ne doute point que Dieu ne te le rende.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Dieu tout premier, puis père et mère honore ; soit juste et droit ; et en toute saison de l'innocent prend en main la raison, car Dieu te doit là-haut juger encore.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Cacher son vice est une peine extrême, et peine en vain : fais ce que tu voudras, à toi au moins cacher tu ne pourras, car nul ne peut se cacher à soi-même.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

De peu de biens nature se contente, et peu suffit pour vivre honnêtement : l'homme ennemi de son contentement, plus a, et plus pour avoir se tourmente.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

L'homme est fautif, nul vivant ne peut dire n'avoir failli : des hommes plus parfaits, examinant et leurs dits et leurs faits, tu trouveras, si tu veux, à redire.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

As-tu, cruel, le cœur de telle sorte, de mépriser le pauvre infortuné, qui comme toi est en ce monde né, et comme toi de Dieu l'image porte ?
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Qui lit beaucoup, et jamais ne médite, semble à celui qui mange avidement, et de tous mets surcharge tellement son estomac, que rien ne lui profite.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Tu ne saurais d'assez ample salaire, récompenser celui qui t'a soigné en ton enfance, et qui t'a enseigné à bien parler, et surtout à bien faire.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Tout l'univers n'est qu'une cité ronde : chacun a droit de s'en dire bourgeois, le Scythe et le Maure autant que le Grégeois, le plus petit que le plus grand du monde.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Boire et manger, s'exercer par mesure, sont de santé les outils plus certains ; l'excès dans l'un de ces trois aux humains, hâte la mort et force la nature.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Tel qui pense, et qui se dit être sage, tiens-le pour fou ; et celui qui savant se fait nommer, sonde-le bien avant.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Adversité, faveurs et querelle, sont trois essais pour sonder un ami ; tel a le nom qui ne l'est qu'à demi, si ne saurait endurer la coupelle.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Ris, si tu veux, en ris de Démocrite, puisque le monde est pure vanité, mais quelquefois, touché d'humanité, pleure nos maux des larmes d'Héraclite.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Songe longtemps avant que de promettre ; mais si tu as quelque chose promis, quoi que ce soit, et fut aux ennemis, de l'accomplir en devoir te faut mettre.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Parler beaucoup on ne peut sans mensonge, ou pour le moins sans vanité ; le parler bref convient à vérité, et l'autre est propre à la fable ou au songe.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Vertus et mœurs ne s'acquièrent d'étude, ni par argent, ni par faveur des rois, ni par acte, ni par deux ou par trois, mais par confiance et par longue habitude.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

À l'indigent montre-toi secourable, lui faisant part de tes biens en saison ; car Dieu bénit et accroît la maison qui a pitié du pauvre misérable.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Nul ne saurait par temps devenir sage, s'il l'eût été dès l'abord tout a fait : Quel artisan fut donc maître parfait, du premier jour de son apprentissage ?
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)

Je t'apprendrai, si tu veux, en peu d'heure, le beau secret du breuvage amoureux, aime les tiens, tu seras aimé d'eux : il n'y a point de recette meilleure.
Guy du Faur de Pibrac ; Les Quatrains de Pibrac (1529-1584)