Henri-Frédéric Amiel (3)

Les citations d'Henri-Frédéric Amiel :

Les droits d'autrui sont aussi sacrés que les droits personnels.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 6 mars 1872.

Vivre, c'est faire du bien, vivre c'est aimer et vouloir.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 6 mai 1872.

La vie à deux doit commencer quand la vie à un a fini son évolution.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 octobre 1852.

Le savoir-faire et le courage ne font pas la destinée, mais y contribuent.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 octobre 1872.

Sans amour, le mariage est l'enchaînement de deux forçats, rivés par la même manille au même boulet.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 14 octobre 1864.

Il faut, pour bien avoir les deux pieds sur terre, se rappeler qu'on est ce qu'on est.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Toute malice est petite comparée à la malice de la femme.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 4 juillet 1868.

L'instinct est jumeau du génie, et le coeur féminin est un nid d'adorables instincts.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 22 juillet 1861.

Le succès est un fruit de l'audace.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Rien n'est plus irritable que l'insuccès ; sa mauvaise humeur ne demande que plaie et bosse.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Qui ne sait borner ses désirs n'arrive qu'au chagrin.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 1er février 1878.

Le laisser-aller cultive l'égoïsme et rouille le courage.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 5 avril 1879.

La famille est l'école de sympathie, de plaisir et de douleur en commun.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Gardez-vous de vos prétendus amis qui n'encouragent ni ne soutiennent.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 avril 1874.

Aimer, c'est savoir, vouloir, c'est la santé, le courage et la gaieté.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 22 juillet 1861.

Quand l'amour-passion n'a plus de raison d'être, l'amour-compassion trouve encore de l'emploi.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 juillet 1878.

Écoute les gens sincères, et laisse dire les sots.
Henri-Frédéric Amiel ; La part du rêve (1863)

Va toujours droit vers ton ennemi, et sois droit envers ton ami ; franchise, sincérité, et toujours décidé.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 13 octobre 1840.

La vie est courte, on n'a jamais trop de temps pour réjouir le cœur de tous ceux que nous aimons.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

L'amour doit, avec l'âge, faire comme l'amitié, s'attacher aux qualités de l'être aimé.
Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

On n'a que l'âge qu'on se sent avoir : joyeux j'ai vingt ans ; triste, j'en ai soixante.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 août 1872.

À vingt ans, on dort où que ce soit, on mange sur le pouce, on a seize heures utiles devant soi.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 16 août 1877.

Mon meilleur ami est celui auprès de qui ma pensée se réfugie et s'abrite.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 4 septembre 1867.

Mon meilleur ami est le seul qui sait me pardonner mes fautes sans m'aimer moins.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 4 septembre 1867.

Avec la susceptibilité jalouse, on a toujours tort ; si l'on parle on est indélicat, si l'on se tait on est cachotier.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 mars 1880.