Hypolite de Livry (2)

Les citations de Hypolite de Livry :

La léthargie de l'esprit est bien plus ordinaire chez les hommes que celle du corps.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Ne soyez pas la dupe des prévenances que l'on vous fait ; sur cent, il y en a au moins quatre-vingt-dix-neuf d'intéressées.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Que l'homme sensible, délicat et juste, a de choses à souffrir en ce monde !
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

On supporte difficilement dans les autres ce qu'on est incapable de faire soi-même ; aussi n'est-il rien de plus antisocial que le mérite.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Il est plus aisé d'avoir de l'amour-propre que du bon sens.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La prudence est le bouclier de la raison.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Tous les plus grands menteurs de ce monde se disent ami de la vérité.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'hypocrisie et la fausseté se ressemblent beaucoup ; mais la première a des nuances encore plus odieuses et qui lui sont particulières : l'hypocrisie prend le masque de toutes les vertus, la fausseté se contente d'en dissimuler l'absence.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La calomnie est bien plus atroce quand elle sort d'une bouche parasite.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Plus on a le cœur sensible, plus on doit en surveiller les mouvements.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Hélas ! il y a des êtres d'une inconcevable abjection.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

On doit aimer, dit-on, son prochain comme soi-même ; mais quand on n'a pas de prochain, ou du moins qu'on ne s'en connaît pas, même en cherchant bien, comment remplir ce précepte évangélique ?
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Rien de plus contagieux que la critique, mais rien de plus rare que d'échapper à la contagion.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Il est des perfidies de plus d'un genre, mais tout ce qui en porte l'empreinte, offre l'image la plus repoussante.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'égoïsme est le chancre du cœur.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La prévention se fixe sur sa proie avec l'acharnement du vautour ; la mort a seule le pouvoir de l'en arracher.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La préoccupation, venant de la tension de l'esprit sur un objet quelconque, peut tout aussi bien être le fait d'un sot que d'un homme d'esprit.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Les hommes ne parviendront jamais à la perfection, en quelque genre que ce soit.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Rien de si rare que la vérité, et rien de si commun que le mensonge.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Les fanfarons en tout genre ne sont que des comédiens ambulants.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'abus des mots est aussi ordinaire que l'abus des choses.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La gangrène du cœur est incurable.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Il n'est rien de si difficile à concevoir que ce qu'on ne veut point entendre.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Rien ne prouve mieux la majorité du vice que le petit nombre de misanthropes.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'avare qui se refuse tout pour augmenter son trésor, ressemble à une abeille qui ne s'épuise que pour les autres.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)