Hypolite de Livry (3)

Les citations de Hypolite de Livry :

La pensée de l'éternité met si peu de différence entre quelques heures et quelques années, que je n'ai jamais vu finir une bougie sans penser à une vie qui s'éteint.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Ce qui fortifie le plus l'hypothèse du hasard dans l'arrangement des choses de cet univers, c'est de voir tant de gens pourvus de facultés dont ils n'ont que faire, puisqu'ils n'en font aucun usage.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Il y a des gens qui semblent mettre autant d'ostentation à montrer la bassesse de leur âme, que d'autres apportent de soin à cacher la leur.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Dans le cœur du chien la nature a déposé toutes les vertus qu'elle a oublié de placer chez les hommes.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Les hommes sont d'atroces coquins.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Le goût est inné comme le sentiment, il se développe par degrés, mais ne s'acquiert jamais ; il ne fait pas le mérite des choses, mais il en fait le charme.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Une âme reconnaissante peut ne pas receler toutes les vertus, mais une âme ingrate n'en peut contenir aucune.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'ingratitude n'est qu'une bassesse quand elle s'en tient à elle-même, c'est-à-dire, au défaut de reconnaissance ; mais elle acquiert un caractère odieux, atroce, épouvantable, inconcevable, indéfinissable, quand de son état passif elle passe à un état hostile.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La franchise doit toujours être sous la tutelle de la prudence : c'est un bel arbre qui, portant autant d'épines que de fleurs, a besoin d'une main sage pour le cultiver.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'amitié peut être un fort beau sentiment, mais c'est encore de une ces beautés idéales dont l'existence est beaucoup moins connue que le nom.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La sagesse serait sans mérite chez un homme né sans passions : où il n'y a pas de combat, il n'y a pas de victoire ; où il n'y a pas de victoire, il n'y a pas de triomphe ; et où il n'y a pas de triomphe, il n'y a pas de mérite.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'homme vertueux ne fait pas toujours l'homme de mérite ; la nature peut à elle seule faire le premier, le mérite ne doit son existence qu'à lui-même.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Partout où je ne vois pas de difficultés, je ne vois pas d'efforts, et partout où je ne vois pas d'efforts, je ne vois pas de mérite : on peut exercer une vertu sans être vertueux.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'amour-propre est la soupape de l'âme, il ouvre le passage à tous les sentiments qu'elle renferme.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La constance proprement dite vient de la stabilité du caractère ; l'inconstance de sa légèreté.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Le malheur est la vie, le bonheur en est l'ombre, l'espérance le soutien, le désir l'activité, la peine la nuit, la jouissance l'éclair.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La bêtise est la pénurie d'idées ; la sottise est l'ignorance de cette pénurie.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La timidité vient plus souvent d'un défaut de confiance dans les dispositions des autres que dans ses moyens.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Un avantage est une qualité reçue ; une qualité est un avantage acquis.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La raison est l'élève de notre jugement.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

La suffisance est la confiance du sot.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Les hommes sont forts en paroles mais faibles en actes.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Tout homme que vous croisez, pariez sur lui, sans hésiter une seule seconde, mille contre un qu'il est menteur : si vous perdez quelquefois, ne vous découragez surtout pas pour cela ; je vous garantis que plus vous en croiserez sur votre chemin, et plus vous serez gagnant à la fin de la journée.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Ôtez l'amour de la vie, il ne reste plus rien ; toute passion se fane, tout se décolore en son absence.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.
Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)