Jean Anouilh (2)

Les citations célèbres de Jean Anouilh :

Je n'aime pas baiser la main des dames ; elles sentent toujours un peu l'oignon.
Jean Anouilh ; L'Hurluberlu ou le Réactionnaire amoureux (1957)

D'attendre celui qu'on aime, que c'est bon.
Jean Anouilh ; Cher Antoine ou l'amour raté (1969)

Je n'aime, au fond, que les honnêtes femmes, il n'y a qu'elles qui font l'amour.
Jean Anouilh ; Le boulanger, la boulangère et le petit mitron (1968)

Les pauvres, qui se plaignent toujours, ont moins de tracas pour gratter quatre sous que les riches.
Jean Anouilh ; Ardèle ou la Marguerite (1948)

Il y a l'amour bien sûr, et puis il y a la vie, son ennemie.
Jean Anouilh ; Ardèle ou la Marguerite (1948)

Mon fils est un imbécile, c'est tout le portrait de son pauvre père !
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)

On est fidèle à soi-même, et c'est tout.
Jean Anouilh ; L'invitation au château (1947)

Les bonnes femmes, plus ça se lamente, plus c'est en train de penser à soi.
Jean Anouilh ; Cher Antoine ou l'amour raté (1969)

Les plaisirs ne sont jamais vains, au moins pendant la minute où on les goûte.
Jean Anouilh ; Ornifle ou le courant d'air (1955)

L'inspiration, c'est une invention des gens qui n'ont jamais rien créé.
Jean Anouilh ; Ornifle ou le courant d'air (1955)

Comme on juge sur les apparences, trop vite, toujours !
Jean Anouilh ; La répétition ou l'amour puni (1947)

S'il t'advient de t'absenter une heure un jour, un ver me rongera le cœur à jamais.
Jean Anouilh ; Cécile ou l'école des pères (1954)

C'est curieux les dames ! Il faut toujours se demander si on les a rendues heureuses.
Jean Anouilh ; Tu étais si gentil quand tu étais petit (1972)

Sexe - Il y a des hommes pour qui le soir c'est l'heure de la chasse.
Jean Anouilh ; Les pièces secrètes (1977)

L'odeur de l'être qu'on aime, c'est l'odeur sucrée de sa mère, celle qui apporte la paix du soir, et celle qui endort les enfants.
Jean Anouilh ; Tu étais si gentil quand tu étais petit (1972)

Le monologue, c'est de la tarte à la crème à force d'être beau et rabâché.
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)

Attendons, avec confiance, l'avenir de l'égalité absolue !
Jean Anouilh ; Les pièces farceuses, La culotte (1978)

Dans le souvenir les choses prennent leur vraie place.
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)

Il ne faut pas croire exagérément au bonheur.
Jean Anouilh ; Les pièces noires, Eurydice (1942)

Quel étrange plaisir de réaliser ses mensonges !
Jean Anouilh ; Le rendez-vous de Senlis (1942)

C'est si bon de sortir de l'immonde solitude !
Jean Anouilh ; Ardèle ou la Marguerite (1948)

Un vrai homme est son propre père.
Jean Anouilh ; La foire d'empoigne (1962)

Quand on est laid, on n'a jamais vingt ans.
Jean Anouilh ; L'invitation au château (1947)

Ce qui est beau, c'est ce qu'on aime.
Jean Anouilh ; Colombe (1974)

Quelle musique, le silence !
Jean Anouilh ; Le directeur de l'opéra (1972)