Jean Anouilh (3)

Les citations de Jean Anouilh :

C'est curieux les dames ! Il faut toujours se demander si on les a rendues heureuses.
Jean Anouilh ; Tu étais si gentil quand tu étais petit (1972)

Sexe - Il y a des hommes pour qui le soir c'est l'heure de la chasse.
Jean Anouilh ; Pièces secrètes (1977)

L'odeur de l'être qu'on aime, c'est l'odeur sucrée de sa mère, celle qui apporte la paix du soir, et celle qui endort les enfants.
Jean Anouilh ; Tu étais si gentil quand tu étais petit (1972)

Le monologue, c'est de la tarte à la crème à force d'être beau et rabâché.
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)

La clémence envers les ennemis du peuple est un crime.
Jean Anouilh ; Pauvre Bitos ou Le dîner de têtes (1956)

La clémence : c'est une élégance des tyrans pour se faire de la publicité.
Jean Anouilh ; Pauvre Bitos ou Le dîner de têtes (1956)

La tête, le cœur font mille bêtises, les mains se trompent rarement.
Jean Anouilh ; La répétition ou L'amour puni (1947)

Attendons, avec confiance, l'avenir de l'égalité absolue !
Jean Anouilh ; Pièces farceuses, La culotte (1978)

Dans le souvenir les choses prennent leur vraie place.
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)

Il ne faut pas croire exagérément au bonheur.
Jean Anouilh ; Pièces noires, Eurydice (1942)

Quel étrange plaisir de réaliser ses mensonges !
Jean Anouilh ; Le rendez-vous de Senlis (1942)

C'est si bon de sortir de l'immonde solitude !
Jean Anouilh ; Ardèle ou la Marguerite (1948)

Un vrai homme est son propre père.
Jean Anouilh ; La foire d'empoigne (1962)

Quand on est laid, on n'a jamais vingt ans.
Jean Anouilh ; L'invitation au château (1947)

Ce qui est beau, c'est ce qu'on aime.
Jean Anouilh ; Colombe (1974)

Quelle musique, le silence !
Jean Anouilh ; Le directeur de l'opéra (1972)

L'amour, c'est avant tout le don de soi.
Jean Anouilh ; Ardèle ou la Marguerite (1948)

La beauté est une des rares choses qui ne font pas douter de Dieu.
Jean Anouilh ; Becket ou l'honneur de Dieu (1959)

Un beau petit ménage, ça se dispute, mais ça s'adore !
Jean Anouilh ; Ne réveillez pas madame (1970)

Les hommes et les femmes ça se dispute toujours.
Jean Anouilh ; Le boulanger, la boulangère et le petit mitron (1968)

Les hommes, c'est comme les chiens, ça mord parce que ça a peur.
Jean Anouilh ; Le directeur de l'opéra (1972)

C'est très joli, la vie ! mais cela a un inconvénient, c'est qu'il faut la vivre.
Jean Anouilh ; Antigone (1944)

Mille imbéciles, c'est neuf cent quatre-vingt-dix-neuf imbéciles plus un autre imbécile en prime.
Jean Anouilh ; L'hurluberlu ou le Réactionnaire amoureux (1957)

Les femmes, avec un peu de monnaie du pouvoir, un homme même laid, peut choisir.
Jean Anouilh ; L'alouette (1953)

La sincérité est un calcul comme un autre.
Jean Anouilh ; Becket ou l'honneur de Dieu (1959)