Jean-Baptiste Say (2)

Les citations de Jean-Baptiste Say :

Entre un penseur et un érudit il y a la même différence qu'entre un livre et une table des matières.
Jean-Baptiste Say ; Pensées détachées (1818)

Une des preuves de la médiocrité, c'est de ne pas savoir reconnaître la supériorité là où elle se trouve.
Jean-Baptiste Say ; Pensées détachées (1818)

Le vulgaire reçoit ses opinions toutes faites ; quand la fabrique est mauvaise, on les reçoit mauvaises.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

La fermeté de caractère, jointe à la faculté de généraliser, fait les hommes supérieurs.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

L'homme qui comprend une plaisanterie a de l'esprit.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Mieux vaut lire deux fois un bon ouvrage, qu'une fois un mauvais.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Il en est de la plaisanterie comme de la musique : un peu fait plaisir, quand elle est bonne ; davantage fatigue; et ces deux divertissements, trop prolongés, excèdent.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Une louange sans délicatesse répugne même celui qui en est l'objet.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Le style est à la pensée ce que la physionomie est à la figure.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

L'exagération dans les discours révèle la faiblesse, comme le charlatanisme décèle l'ignorance.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

La musique dépourvue de chant n'est que du bruit qu'on fait en mesure.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

C'est d'échos en échos que la vérité descend sur le vulgaire.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Un bon esprit vaut mieux qu'un bel esprit.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

La franchise est une des qualités qui déplaît le plus aux esprits médiocres.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Tout peut se dire ; seule la manière de s'y prendre fait tout passer.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Quand l'imposture règne, la simple vérité est séditieuse.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Les voleurs craignent les réverbères ; les usurpateurs et les tyrans les brisent.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

En affaires, l'essentiel est de prendre un parti, quel qu'il soit.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Le cachet de la médiocrité, en tout genre, est de ne savoir pas se décider.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

N'employez pas votre argent à acheter un repentir.
Jean-Baptiste Say ; Olbie (1800)

Nul ouvrage n'est moins utile qu'un livre qu'on ne lit pas.
Jean-Baptiste Say ; Pensées détachées (1818)

La volonté est toujours de travailler le plus possible pour gagner le plus possible.
Jean-Baptiste Say ; Traité d'économie politique (1803)

Le travail de l'homme a pour bornes ses facultés et sa volonté.
Jean-Baptiste Say ; Traité d'économie politique (1803)

Quel plus affreux métier que celui de la guerre ! et qui fait tout dépendre de la force !
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)

Toute la morale est dans ce vieux proverbe : Qui mal veut, mal lui arrive.
Jean-Baptiste Say ; Des hommes et de la société (1817)