Jean-Jacques de Lingrée (2)

Les citations de Jean-Jacques de Lingrée :

La paresse émousse toutes les armes dont on pourrait la combattre.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

L'utilité morale d'une opinion est la plus forte présomption de son évidence.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La pensée de la mort, qui décourage les hommes ordinaires, n'est pour les grands hommes qu'un avertissement de se hâter.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Rien de plus opposé à l'esprit que la moquerie, puisque rien n'annonce plus l'ignorance de ce qu'on doit aux autres et à soi-même.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Ceux qui, pour faire croire à leur modestie, ou éprouver l'opinion d'autrui, affectent d'avouer des défauts qu'ils ne se croient pas, ne méritent pas qu'on les démente.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il y a deux sortes de modestie : l'une naturelle, qui est l'effet de notre ignorance sur ce qui nous distingue ; et l'autre, que produisent nos lumières en nous éclairant sur ce qui nous manque.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il y a une modération qui vient de ce qu'on n'a pas la force d'être ambitieux, et une ambition qui vient de ce qu'on n'a pas la force d'être modéré.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On s'occupe rarement de ceux qu'on méprise, mais on veut toujours paraître mépriser ceux qu'on hait.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Ce qui empêche les menteurs de pouvoir se corriger, c'est qu'ils tirent vanité de leurs mensonges.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Le menteur ne trompe habituellement que lui.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Quoiqu'on se plaigne de la mémoire en général, on veut toujours, dans les occasions particulières, en avoir plus qu'un autre.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Le mécontentement que nous avons quelquefois de nous-mêmes devrait diminuer notre surprise du mécontentement que les autres ont souvent de nous.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Lors même que nous sommes convaincus du peu de sincérité de ceux qui nous louent, nous leur savons gré du désir de nous plaire qu'ils montrent, et de l'exemple qu'ils donnent.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Ce qui diminue quelquefois l'impression qu'on reçoit des louanges ingénieuses, c'est qu'elles louent plus ceux qui les donnent que ceux à qui elles sont adressées.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

C'est un danger d'être trop loué, on ne fait plus rien pour l'être.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

La laideur est une douleur qu'une femme conserve toute la vie.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Jouissons de peu, si nous voulons jouir de quelque chose.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

L'oubli des bienfaits qui vient de la légèreté, n'est pas plus de l'ingratitude, et que l'oubli des injures qui vient de la même cause n'est de la générosité.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

L'ingratitude enlève moins de plaisir au bienfaiteur qu'à l'ingrat.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

L'infortune ne fait rien perdre au mérite, elle ne sert que de lustre à la vertu.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Il est difficile que celui qui fut ingrat trouve à son tour de la reconnaissance.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On justifie en quelque sorte un ingrat par le plaisir qu'on montre à s'en plaindre.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

Ce qui blesse ordinairement le plus un grand nombre de femmes, quand nous leur sommes infidèles, n'est pas tant l'idée de notre infidélité, que celle du triomphe qu'ont dû en ressentir leurs rivales.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

On pardonne d'autant moins une infidélité que la personne en faveur de qui elle a été faite nous est plus connue.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)

L'indiscret devrait rougir de la nécessité où il est sans cesse d'inviter les autres à ne pas lui ressembler.
Jean-Jacques de Lingrée ; Réflexions et maximes (1814)