Joséphine de Sartory

Quelques mots sur l'auteur :

Photo de Joséphine de Sartory

Femme de lettre et traductrice, née Joséphine von Wimpffen en 1770, Joséphine de Sartory est décédée en 1823.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 17 citations de Joséphine de Sartory :

Quand l'amour ne rend pas muet, il donne de la vivacité, et embellit tout ce qu'on dit.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

L'homme n'est constant qu'à la fin de ses jours.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Les vieillards tiennent plus fortement à leurs projets que les jeunes gens, soit que leur imagination soit trop lente pour leur en créer de nouveaux, soit que l'âge rende obstiné.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Rien n'est moins rare chez les femmes que le passage rapide d'un sentiment à l'autre, les variations les plus étranges se succèdent dans leur cœur avec une extrême mobilité, quand la vanité et l'orgueil y dominent.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

La pudeur n'étouffe point l'amour, elle ne sert qu'à le cacher, mais plus elle le déguise, plus elle livre le cœur aux sensations les plus tendres et les plus passionnées.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Une femme accomplie est un don du ciel que rien dans l'univers ne peut égaler.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Que de femmes ne connaissent la pitié pour un amour trahi que lorsqu'elles éprouvent elles-mêmes les horreurs de la perfidie !
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

On ne fait pas retomber la peine du coupable sur l'innocent.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

On consent volontiers à partager la gloire de celui qui s'élève, mais on s'isole froidement et sans effort de celui qui se déshonore ; quelquefois même, il n'en faut pas tant pour rester sans parents, le malheur seul suffit pour rompre les liens du sang.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

L'inconstance n'a jamais habité avec le bonheur !
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Si dans tous les temps l'espérance accroît les jouissances, elle est particulièrement la divinité de la jeunesse qui ne vit que sous son continuel enchantement.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Les passions ont l'art de prendre différentes formes pour s'introduire dans le cœur.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

À la Cour la faveur donne souvent plus d'éclat que le mérite et la gloire.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Les plaisirs, pour être goûtés dans leur perfection, ont besoin de la présence continuelle de l'objet où nous les plaçons, l'amour seul en donne souvent de plus vifs par l'exaltation de l'imagination.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

La fortune et le pouvoir ne sont des biens désirables que par les plaisirs et les jouissances qui y sont attachés.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

Une noblesse qui nous est transmise par nos pères est un bien inestimable : les richesses peuvent se dissiper ; il ne faut qu'un héritier prodigue pour plonger dans l'infortune la famille la plus opulente, tandis que celui même qui s'est écarté des principes de ses ancêtres ne peut enlever à ses descendants l'héritage sacré qu'il tient de ses pères : c'est une récompense impérissable, éternelle.
Joséphine de Sartory ; Le duc de Lauzun (1807)

L'inquiétude réveille l'amour ; en piquant le cœur elle redouble ses désirs ; et tant que l'on ne possède point un bien, on fait tout ce qu'on peut pour le posséder. On se le figure même plus grand, avant de l'avoir obtenu, qu'on ne le trouve, quand on l'obtient ; et souvent ce qui nous trompe agréablement, tire sa plus grande gloire de notre erreur, et n'est rien moins que ce que nous l'avions cru.
Joséphine de Sartory ; Les pensées fugitives (1805)

La liste des auteurs populaires :