Louis Belmontet

Quelques mots sur l'auteur :

Louis Belmontet

Poète, écrivain et homme politique français né le 26 mars 1798 à Montauban en région Midi-Pyrénées, Louis Belmontet est décédé le 14 octobre 1879 à Paris. Il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1846, et chevalier de l'ordre de Charles III d'Espagne en 1856.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 85 citations de Louis Belmontet :

Les esprits sont divers, tous vont te juger : sois l'homme de ton cœur, et fais ce que tu dois faire.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

La beauté de la jeunesse, c'est un cœur qui sait fléchir, une langue qui sait se taire, et un front qui sait rougir.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Pour mieux vous guider sur la route éphémère, enfants, le Seigneur vous dota d'une mère.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

La plus vraie des vérités, que la Bible révèle, c'est quand Dieu veut châtier, il trouble la cervelle.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

L'oubli des absents, est toujours vainqueur, ou l'œil n'est pas, n'est plus aussi le cœur.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Satan possède, en versant goutte à goutte, aussi bien la langue qui médit, que l'oreille qui écoute.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Au sot qui se dit sot, on ne dit jamais non ; l'imbécile idiot, chante toujours son propre nom.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Les exemples d'autrui sont les foyers des nôtres, un seul charbon ardent met en feu tous les autres.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Dieu seul aux cœurs unis sert la coupe de miel, les mariages d'amour sont écrits dans le ciel.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Qui ne veut pas alors qu'il peut, ne pourra plus, alors qu'il voudra.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Mal agit envers soi, le malade malsain, qui choisit pour héritier, son médecin.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Quand il faut lutter, les faux amis, ne valent jamais les pires de nos ennemis.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Jusqu'au jour de la lutte il faut se contenir, le triomphe est plus sûr pour qui sait voir venir.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Ne poussez point à bout la douceur qui tolère, de la colombe en feu redoutez la colère.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Le mulet toujours vante, en divisant la paire, sa mère la jument, mais jamais l'âne son père.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

L'habitude en ce monde est, dans chaque chemin, le pont par où le diable arrive au cœur humain.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Le vice habile a sa phalange, près d'un démon, il place l'ange.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

La parole est trompeuse avec un air moqueur, la langue parfois est un faux témoin du cœur.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Le diable toujours te ment, quand tu le crois, il se tient derrière la croix.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Le fourbe trompe en sa promesse, le diable chante la grande messe.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Le flatteur qui se sert de nous, nous peint en beau, c'est le renard se moquant du corbeau.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

La fortune, qui veut être prise de force, avec le vrai mérite inactif fait divorce.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

On voit le laid d'un autre, et soi l'on se croit beau ; le plus mal éclairé, c'est le pied du flambeau.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

D'un argent mal gagné le bruit fait triste son ; où le diable a moulu, farine devient son.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)

Pour prendre un cœur comme un poisson, l'éloge est le meilleur hameçon.
Louis Belmontet ; Pensées, maximes et proverbes poétiques (1861)