Cécile Fée, née Cécile Brucy (2)

Les citations de Cécile Fée :

C'est en se communiquant leurs pensées que les hommes les rendent fécondes.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Celui qui ne pense pas ne sait pas non plus profiter des pensées des autres.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Dans les conversations savantes, si l'ambition d'un homme doit être de bien parler, toute la prétention d'une femme doit être de bien comprendre.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

L'art de parler n'est, au fond, que l'art de persuader.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Tous les hommes peuvent dire la vérité, quelques-uns seulement sont assez heureux pour la faire aimer.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Sous quelque forme qu'il se présente l'amour est la vie des femmes, et amour, pour elles, c'est abnégation.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

L'opulence chez les pédants et mondains sert d'enseigne au mérite.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Il n'y a que l'amour d'un sot qui puisse donner une véritable colère à une femme.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Quelques personnes se croient sensibles et ne sont qu'irritables.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Si l'enfant est égoïste, c'est parce qu'il ne connaît des choses que les rapports qu'elles ont avec lui.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Il entre toujours un peu de calomnie dans la médisance.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Il y a dans le monde des gens assez modestes pour estimer ne valoir quelque chose que par la société qu'ils voient, et assez vains pour mépriser quiconque n'est pas admis dans cette société.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

On dit que l'adversité retrempe les âmes ; cela n'est vrai que pour celles qui sont de fer.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Le préjugé contre les femmes savantes est en général bien fondé ; trop souvent une femme ne trouve qu'aux dépens des devoirs les plus sacrés le temps d'acquérir des connaissances qui paraissent réellement bien frivoles en comparaison.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Les fièvres de l'âme ne sont pas moins contagieuses que celles du corps ; le spectacle de l'amour, de l'amour même qu'on ne partage pas, fait battre le cœur et trouble la raison.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Beaucoup de personnes ont l'habitude de discuter avant de poser la question, comme Don Quichotte commence toujours à combattre avant de savoir quels sont ses ennemis.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

C'est en cherchant de petits plaisirs qu'on se crée de petites contrariétés.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Un petit péril intimide souvent plus qu'un grand, parce qu'il laisse plus de liberté d'esprit pour le juger.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Telle femme eût résisté à l'amour qu'elle éprouve qui ne résiste pas à l'amour qu'elle inspire.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Dans son intérieur, une femme ne doit désirer que la réputation d'une femme sensée ; dans le monde, elle ne doit chercher que la réputation d'une femme aimable.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Tel résiste aux meilleures raisons d'une femme qui ne trouve rien à opposer à l'éloquence de ses pleurs.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

En ne demandant aux femmes que des vertus privées, on réduit presque leurs vertus à leurs affections.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Avouer un ami ridicule, c'est pousser l'amitié jusqu'à l'héroïsme.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

Quiconque achète une conscience a déjà vendu la sienne.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

II est peu de vérités qu'on n'ait devinées avant de les découvrir.
Cécile Fée ; Pensées, Paris 1832.

La liste des auteurs populaires :