Marcel Achard

Notre citation favorite :

La citation favorite

Marcel Achard a dit :
On n'aime que les femmes qu'on rend heureuses.

Les 22 citations de Marcel Achard :

On se donne des souvenirs quand on se quitte.
Marcel Achard ; Jean de la Lune (1929)

Si on raconte son bonheur, on le diminue.
Marcel Achard ; Gugusse (1969)

Le grand charme des femmes, c'est leur mystère ; elles mentent pour qu'on ne les comprenne pas.
Marcel Achard ; Pétrus, le 7 décembre 1933.

L'oubli est le suprême refuge.
Marcel Achard ; La demoiselle de petite vertu (1950)

Le baiser d'une femme, c'est la poignée de main du boxeur avant le combat.
Marcel Achard ; Gugusse (1969)

L'amour, c'est peut-être d'être égoïstes ensemble.
Marcel Achard ; Corsaire (1938)

Il y a en toi tant de femmes différentes que tu perds tout ton prix à ne pas être partagée.
Marcel Achard ; Je ne vous aime pas (1926)

Mieux vaut s'engueuler que de se sentir seul.
Marcel Achard ; Gugusse (1969)

Le remède est dans le poison.
Marcel Achard ; Patate, épigraphe (1956)

Oui, je t'ai trompé... c'est pour ça que je t'aime.
Marcel Achard ; Jean de la Lune, I, 6 (1929)

J'ai trop d'énergie pour travailler.
Marcel Achard ; Domino, I, 9 (1932)

On n'aime que les femmes qu'on rend heureuses.
Marcel Achard ; Auprès de ma blonde, II (1946)

L'amour est à ceux qui y pensent.
Marcel Achard ; Patate (1956)

L'amour, c'est être toujours inquiet de l'autre.
Marcel Achard ; Jean de la Lune (1929)

Cocu pour cocu, autant être marié.
Marcel Achard ; L'amour ne paie pas (1963)

Quand on entend ce qu'une jolie femme dit, c'est qu'elle n'est pas vraiment jolie.
Marcel Achard ; Gugusse (1969)

Il n'est pas une seule jolie femme qui puisse satisfaire tous les désirs qu'elle inspire.
Marcel Achard ; Je ne vous aime pas (1926)

Il n'y a pas d'amour perdu.
Marcel Achard ; Corsaire (1938)

Le désespoir est le seul péché impardonnable.
Marcel Achard ; Mademoiselle de Panama (1942)

Il n'y a pas une femme qui vaille de mourir pour elle.
Marcel Achard ; Gugusse (1969)

Les malheureux sont ingrats ; si j'acceptais ma malchance, je la justifierais.
Marcel Achard ; Patate (1956)

Quand on aime, on aime toujours trop.
Marcel Achard ; Gugusse (1969)