Maurice Donnay

Notre citation favorite :

La citation favorite

Maurice Donnay a dit :
Avoir des enfants est la seule façon d'échapper à l'ennui.

Les 39 citations de Maurice Donnay :

Pendant les vacances, ce que j'aime, c'est un pays de montagnes où l'on peut faire des ascensions : Côtoyer des abîmes, mettre le pied sur un sommet, voilà la joie sans mélange... c'est une ivresse !
Maurice Donnay ; Les dialogues d'hier (1920)

Quand on est réellement amoureux le cœur ne doit pas prendre de vacances.
Maurice Donnay ; Théâtre (1919)

Il y a l'amertume du bonheur comme il y a l'ivresse de la souffrance.
Maurice Donnay ; L'affranchie (1898)

Les vacances d'or sont passées, et j'ai repris la chaîne sans fin du travail pour vivre.
Maurice Donnay ; Mon Journal (1919-1939)

Un mariage, ça n'est pas éternel, ça peut se défaire... il y a pour ça de justes lois. Tandis que le collage n'est vraiment pas protégé, j'en sais quelque chose !
Maurice Donnay ; Paraître (1906)

Il y a tant de femmes qui, le lendemain même du mariage, sont veuves du mari qu'elles s'étaient imaginées.
Maurice Donnay ; Le torrent, le 5 mai 1899.

Pour certaines femmes, la perspective d'une séparation sans pleurs, sans cris, sans drames en un mot, n'est pas pour les séduire, et la résignation de l'homme est pour elles une offense.
Maurice Donnay ; Le cœur et la tête (1913)

Chez les femmes, désirer, aimer et se donner, tout cela se tient étroitement.
Maurice Donnay ; Le cœur et la tête (1913)

La vie, c'est le passé, le présent et l'avenir. Je connais un homme qui est toujours amoureux de trois femmes : celle qu'il a quittée, souvenirs et regrets ; celle qu'il possède, satisfactions immédiates ; et celle qu'il aura et qu'il ne connaît pas encore, illusions et rêves.
Maurice Donnay ; L'escalade, le 6 novembre 1905.

Je pense peu au passé, et je ne me projette pas dans l'avenir.
Maurice Donnay ; Mon Journal (1919-1939)

Il y a des moments dans une vie où l'on a le droit de pleurer.
Maurice Donnay ; Paraître (1906)

Les causes de tristesse et de larmes ne manquent pas ici-bas.
Maurice Donnay ; Paraître (1906)

Rappelle-toi nos conversations ardentes d'hier, passionnées et si douces. Tu voulais être un homme libre, sans préjugés. Mais à peine étions-nous rentrés que tu as été pris de je ne sais quelle peur. Comme ces pauvres malades qui ne peuvent pas traverser les grandes places, et dont une force invincible cloue les pieds au seuil des espaces. Tu n'as pas voulu traverser à mes côtés, la main dans la main, les grandes places de joie et de lumière !
Maurice Donnay ; Le retour de Jérusalem (1903)

On ne choisit pas son amour, on le subit, il est indépendant de notre volonté.
Maurice Donnay ; Le retour de Jérusalem (1903)

Les jeunes gens d'aujourd'hui sont moins romantiques, moins romanesques, moins sentimentaux que nous ne l'étions. Ils sont aussi plus pratiques, moins crédules ; ils vivent dans des temps difficiles, dans l'insécurité, dans l'incertitude du lendemain et, sur chaque porte, ils lisent : « Laissez toute espérance ». Il y a un demi-siècle, l'âge des illusions n'était pas une expression vide ; l'amour et les femmes tenaient une place importante dans notre vie insoucieuse du reste.
Maurice Donnay ; Mes débuts à Paris (1937)

Je t'aime, je te désire follement, je n'en dors plus... c'est vrai. Mais tu es tellement déconcertante ! On ne sait jamais ce que tu penses, tu ne t'abandonnes jamais. Avec toi, on ne reprend jamais d'où l'on en était, c'est toujours à recommencer. J'ai l'impression de monter et de descendre continuellement dans un ascenseur où je recevrais sans cesse des douches écossaises. Parfois tu sembles me tendre une coupe pleine de volupté, mais c'est une coupe vide jusqu'aux bords. Ton amour ressemble à ces entremets paradoxaux qui sont à la fois glacés et brûlants.
Maurice Donnay ; La chasse à l'homme (1919)

La conversation des femmes est plus intéressante que celle des hommes, à intelligence égale, et même à intelligence inférieure. Les femmes évoluent sur la voie de l'instinct et de l'intuition, les hommes sur la voie de l'intelligence et de la raison : elles évoluent dans la direction de création et nous, dans la direction de connaissance.
Maurice Donnay ; Mon Journal (1919-1939)

Amour, parfaite société de deux cœurs unis.
Maurice Donnay ; Le cœur et la tête (1913)

Je préfère l'amour sans mariage au mariage sans amour.
Maurice Donnay ; Un homme léger (1924)

Le dédain d'aimer n'est le plus souvent que l'impuissance d'être aimé.
Maurice Donnay ; Le cœur et la tête (1913)

Les idées sont comme les femmes : Il faut les caresser avant qu'elles se donnent ; il faut leur faire la cour, il ne faut pas se jeter sur elles, car alors elles vous trouvent brutal, se refusent, se replient.
Maurice Donnay ; Mon Journal (1919-1939)

L'amour, le sacrifice, le dévouement, cette aide mutuelle doit être le but de l'humanité.
Maurice Donnay ; Théâtre (1919)

Je t'ai aimée malgré moi et malgré le sans-issue de cet amour.
Maurice Donnay ; Le retour de Jérusalem (1903)

Le rire ça peut être le commencement de l'amour, les femmes aiment ceux qui les font rire.
Maurice Donnay ; La chasse à l'homme (1919)

Rire pour les mêmes choses, c'est la preuve qu'on est en communion d'esprit.
Maurice Donnay ; La chasse à l'homme (1919)

Avoir des enfants est la seule façon d'échapper à la mort.
Maurice Donnay ; Le torrent (1899)

Être le premier amant d'une femme ne signifie rien, il faut être son dernier amant : tout est là.
Maurice Donnay ; Chères Mesdames (1895)

Déménager, c'est mourir un peu, et mourir, c'est déménager beaucoup.
Maurice Donnay ; La chasse à l'homme (1919)

On peut abuser de la confiance d'une femme, mais jamais de sa méfiance, c'est dangereux.
Maurice Donnay ; Georgette Lemeunier (1898)

Il n'y a pas d'amour sans jalousie.
Maurice Donnay ; Le geste (1924)

Il n'y a que les faibles pour être cruels.
Maurice Donnay ; Le geste (1924)

Quand on a de l'argent, il faut le dépenser.
Maurice Donnay ; Le geste (1924)

Je ne veux plus vivre sans toi, sans t'aimer, sans que tu m'aimes.
Maurice Donnay ; Le geste (1924)

Une femme avertie en vaut deux.
Maurice Donnay ; Georgette Lemeunier (1898)

Les femmes ont toujours pour amant l'ami du mari ou le mari de l'amie.
Maurice Donnay ; La douloureuse (1897)

La seule chose ennuyeuse, c'est l'ennui.
Maurice Donnay ; J'ai vécu 1900 (1950)

Dans le mariage comme hors du mariage, faire l'amour est une chose, s'aimer est une autre chose.
Maurice Donnay ; La reine Margot (1946)

Il n'y a pas de société possible, si elle n'est fondée sur l'hypocrisie.
Maurice Donnay ; Le torrent (1899)

L'homme a un an de plus chaque année, la femme tous les trois ans.
Maurice Donnay ; Le torrent (1899)