Maurice Maeterlinck

Notre citation favorite :

La citation favorite

Maurice Maeterlinck a dit :
Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du coeur des hommes.

Les 16 citations de Maurice Maeterlinck :

L'amour ne brise dans un cœur que les objets fragiles, et s'il y brise tout, c'est que tout y était trop fragile.
Maurice Maeterlinck ; La sagesse et la destinée (1898)

Le passé est notre identité morte ; l'avenir est notre identité essentielle et vitale.
Maurice Maeterlinck ; Annales de la Fondation (1978)

Le passé est toujours présent.
Maurice Maeterlinck ; Le temple enseveli (1902)

Aimer, c'est exister devant un être tel qu'on existe devant Dieu.
Maurice Maeterlinck ; Le trésor des humbles (1896)

Les années apprennent peu à peu, à tout homme, que la vérité seule est merveilleuse.
Maurice Maeterlinck ; La vie des termites (1926)

En cherchant Dieu je le crée ; et en le créant, je deviens ce qu'il est.
Maurice Maeterlinck ; Devant Dieu (1937)

Amour - Qu'importe qui tu es, pourvu que je te trouve !
Maurice Maeterlinck ; Joyzelle (1903)

Ne cultivons pas notre peine, l'éternité s'en chargera.
Maurice Maeterlinck ; L'autre monde ou le cadran stellaire (1942)

La peur de la mort est l'unique source des religions.
Maurice Maeterlinck ; L'autre monde ou le cadran stellaire (1942)

S'il est incertain que la vérité que vous allez dire soit comprise, taisez-la.
Maurice Maeterlinck ; Le double jardin (1904)

Aimer, c'est arriver si près de Dieu que les anges vous possèdent.
Maurice Maeterlinck ; Le trésor des humbles (1896)

L'amour alimente la sagesse, et la sagesse alimente l'amour.
Maurice Maeterlinck ; La sagesse et la destinée (1898)

On n'a que le bonheur qu'on peut comprendre.
Maurice Maeterlinck ; La sagesse et la destinée (1898)

On est heureux quand on a dépassé l'inquiétude du bonheur.
Maurice Maeterlinck ; La sagesse et la destinée (1898)

Ayons confiance dans l'amour comme nous avons confiance dans la vie.
Maurice Maeterlinck ; La sagesse et la destinée (1898)

Si j'étais Dieu, j'aurais pitié du coeur des hommes.
Maurice Maeterlinck ; Pelléas et Mélisande (1892)