Maxime Gorki

Notre citation favorite :

La citation favorite

Maxime Gorki a dit :
Quel beau métier que d'être un homme sur la terre.

Les 48 citations de Maxime Gorki :

Il n'y a pas de meilleur ami que sa propre mère.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Si tu apprends tout pendant que tu es jeune, tu n'auras plus de questions à poser quand tu seras vieux.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Quand on a trente ans, on n'épouse pas un homme qui en a vingt !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

L'amour est une chose qui ne se commande pas.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

La connaissance est toujours un butin.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Quand le crépuscule est paisible et doux, quand tout est silencieux et muet, chaque bruit, chaque froissement de feuille qui tombe, semble étrangement sonore et vous fait tressaillir ; mais on s'engourdit bientôt dans le silence qui étreint la terre entière et oppresse les poitrines. Ces minutes divines favorisent l'envol des pensées délicates et épurées, mais elles sont fragiles et fines comme des toiles d'araignée et les mots sont impuissants à les fixer. À peine apparues, elles s'évanouissent, telles les étoiles filantes, en brûlant l'âme qu'elles caressent, et alarment à la fois d'une vague nostalgie.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Je suis effroyablement seul, je n'ai personne au monde ! On se tait, on se tait longtemps, puis un beau jour, tout se met à bouillonner dans l'âme et cela déborde... Dans ces moments-là, je serais capable de parler à un arbre, même à un caillou.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

On ne peut pas vivre de la conscience d'autrui.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Pour un artiste, la liberté est aussi indispensable que le talent et l'intelligence.
Maxime Gorki ; Les enfants du soleil (1905)

Le meilleur est toujours dans une seule minute.
Maxime Gorki ; Les ennemis (1906)

On m'a tant humilié que, si Dieu avait été témoin de la chose, il en aurait pleuré.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Ne rien vouloir, c'est déjà une volonté.
Maxime Gorki ; Vassa Geleznova (1910)

Parfois le mensonge exprime mieux que la vérité ce qui se passe dans l'âme.
Maxime Gorki ; Les vagabonds (1904)

Les anges sont les serviteurs de Dieu, et les fonctionnaires sont les valets de Satan !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Le fonctionnaire, c'est le méchant polisson qui a la garde et qui abuse de toutes les lois.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Les lois, ce sont les coutumes. Les gens vivent en commun et ils se mettent d'accord pour reconnaître que telle ou telle manière d'agir les uns envers les autres est la meilleure, qu'elle deviendra une coutume, une règle, une loi ! Ainsi, par exemple, les enfants qui se réunissent pour jouer se concertent d'abord pour mener le jeu de telle ou telle façon ! Eh bien, la loi, c'est un accord entre grandes personnes !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Le fonctionnaire est un homme qui vit des lois et qui les dévore !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Tous ceux qui, par désobéissance, violent les commandements de Dieu, seront punis ; les malheurs et la ruine s'acharneront sur leur maison.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Quand les hommes se sont livrés au péché, Dieu provoque le déluge ; quand ils pèchent de nouveau, Dieu les réduit en cendres et leurs villes aussi sont détruites ; Dieu châtie les hommes par le froid et par la famine. C'est le glaive toujours suspendu au-dessus de la terre ; c'est le fléau des pécheurs.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Les grandes personnes sont méchantes. Agis selon ton cœur d'enfant. Attends que le Seigneur t'indique ta mission et te montre ton sentier. As-tu compris ? Quant aux fautes des autres, ce n'est pas ton affaire. C'est à Dieu à juger et à punir, c'est à lui et non à nous !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Tous les péchés des parents s'effacent dans leurs larmes.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Dans la vie ce n'est pas la force qui importe, c'est l'adresse ; tu peux être aussi fort que tu voudras, un cheval sera toujours plus fort que toi.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Napoléon, c'était un malin qui voulait conquérir l'univers pour qu'ensuite tout le monde vive de la même manière, sans maîtres ni fonctionnaires, sans distinction de classes, tout bonnement. Les noms également auraient été les mêmes pour tous. Et il n'y aurait eu qu'une seule religion. Évidemment, c'était une idée stupide ; il n'y a que les écrevisses qu'on ne peut distinguer entre elles. Les poissons, eux, sont tous différents et le silure et l'esturgeon ne sont pas plus camarades que le hareng et le sterlet ne s'aiment.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Il y a des nobles qui sont bêtes comme des sacs et gardent en eux tout ce qu'on y met.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Un maître comme ma mère valait dix ouvrières.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Si un chien se précipite sur toi, regarde-le dans les yeux et il te laissera tranquille.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Je n'ai plus besoin de mes yeux, j'ai vu tout ce qu'on peut voir au monde.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Quand un membre de ta famille te châtie, ce n'est pas une humiliation, mais une leçon !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Un homme sans défauts a au moins une qualité, celle d'être bien défini.
Maxime Gorki ; Les barbares (1905)

Pour un vieux, la patrie c'est là où il fait chaud.
Maxime Gorki ; Les bas-fonds (1902)

Avoir du talent, c'est avoir foi en soi-même, en ses propres forces.
Maxime Gorki ; Les bas-fonds (1902)

Les gens ne cessent de chercher, ils veulent toujours trouver mieux.
Maxime Gorki ; Les bas-fonds (1902)

Un homme gai est toujours aimable.
Maxime Gorki ; Les petits bourgeois (1902)

Contre les poux, il faut se laver souvent et prendre des bains de vapeur de menthe. Si les poux sont sous la peau, mélanger une cuillère à soupe de graisse d'oie tout à fait pure, une cuillère à thé de sublimé et trois grosses gouttes de mercure, brassez-le sept fois dans une soucoupe avec un tesson de faïence et frottez-vous avec cette pommade. Surtout n'allez pas employer une cuillère de bois ou d'ivoire, car le mercure serait perdu, et ne prenez ni cuivre ni argent : c'est dangereux !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Il n'est pas donné aux hommes de voir Dieu, ils seraient frappés de cécité. Les saints, eux, peuvent le contempler face à face. Par contre, les anges se montrent aux gens qui ont l'âme pure.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Dieu donne à chacun selon ses mérites ; aux uns il accorde de la joie, aux autres il envoie du chagrin. Et tout est si bien arrangé que les anges, comblés d'allégresse, battent des ailes et chantent perpétuellement : « Gloire à Toi, Seigneur, gloire à Toi ! » Le bon Dieu, lui, se contente de sourire, comme s'il leur disait : C'est bon, c'est bon !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Tous les hommes sont égaux devant Dieu.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Il n'y a au paradis ni automne ni hiver, et les fleurs ne se fanent jamais. Autour du Seigneur, les anges volent et tourbillonnent comme des flocons de neige ou des essaims d'abeilles ; on dirait des colombes blanches qui descendent du ciel sur la terre pour remonter encore raconter à Dieu tout ce qui se passe dans ce monde.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Les journées de querelles, de chagrins, de disputes s'achèvent toujours par d'interminables oraisons.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Grand-père a connu dans sa jeunesse la grande misère, maintenant qu'il est vieux, il est devenu avare et préfère l'argent à ses propres enfants ! Il aime ce qui ne lui coûte rien !
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

La tristesse et la joie vivent côte à côte chez certains êtres ; elles sont presque inséparables et se succèdent avec une rapidité incompréhensible.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Dénoncer n'est pas se justifier. Le rapporteur doit être châtié le premier.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

La vie obscure d'une « race stupide » est par trop fertile en cruauté.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

Il y a beaucoup de règlements chez nous, mais point de justice ni de vérité.
Maxime Gorki ; Ma vie d'enfant (1914)

La sagesse de la vie est toujours plus profonde que la sagesse des hommes.
Maxime Gorki ; Les vagabonds (1904)

Jamais un riche ne se réjouit d'aussi bon cœur que ne peut le faire un pauvre.
Maxime Gorki ; Vassa Geleznova (1910)

Quel beau métier que d'être un homme sur la terre !
Maxime Gorki ; La naissance de l'homme.

Les méchants ne savent pas ce qu'est l'ennui.
Maxime Gorki ; Vassa Geleznova (1910)