Milan Kundera (3)

Les citations de Milan Kundera :

Qui se venge aujourd'hui se vengera aussi demain.
Milan Kundera ; La lenteur (1995)

Un triste compagnon est un mauvais compagnon.
Milan Kundera ; La valse aux adieux (1976)

Les enfants sont sans passé, c'est tout le mystère de l'innocence magique de leur sourire.
Milan Kundera ; Le livre du rire et de l'oubli (1978)

Ce ne sont pas les ennemis, mais les amis qui condamnent l'homme à la solitude.
Milan Kundera ; La plaisanterie (1967)

Trahir, c'est sortir du rang et partir dans l'inconnu.
Milan Kundera ; L'insoutenable légèreté de l'être (1984)

L'homme peut mettre fin à sa vie, mais il ne peut mettre fin à son immortalité.
Milan Kundera ; L'immortalité (1990)

L'amour, c'est l'exaltation du temps présent.
Milan Kundera ; L'ignorance (2003)

Seul le sens de l'humour peut déceler le manque d'humour chez les autres.
Milan Kundera ; Une rencontre (2009)

Le plus grand malheur de l'homme, c'est un mariage heureux : Aucun espoir de divorce.
Milan Kundera ; Risibles amours (1968)

La valeur d'un hasard est égale à son degré d'improbabilité.
Milan Kundera ; L'immortalité (1990)

Le souci de sa propre image, voilà l'incorrigible immaturité de l'homme.
Milan Kundera ; L'immortalité (1990)

La sensualité, c'est la mobilisation maximale des sens.
Milan Kundera ; L'insoutenable légèreté de l'être (1984)

La légèreté et la joyeuse futilité de l'amour physique.
Milan Kundera ; L'insoutenable légèreté de l'être (1984)

L'amour physique est impensable sans violence.
Milan Kundera ; L'insoutenable légèreté de l'être (1984)

La solitude : douce absence de regards.
Milan Kundera ; L'immortalité (1990)

Le sexe n'est pas l'amour, ce n'est qu'un territoire que l'amour s'approprie.
Milan Kundera ; Le livre du rire et de l'oubli (1978)

Deux êtres qui s'aiment, seuls, isolés du monde, c'est très beau.
Milan Kundera ; L'identité (1998)

Rien n'exige plus d'effort de pensée que l'argumentation destinée à justifier la non-pensée.
Milan Kundera ; L'immortalité (1990)

La nostalgie du Paradis, c'est le désir de l'homme de ne pas être homme.
Milan Kundera ; L'insoutenable légèreté de l'être (1984)