Mocharrafoddin Saadi (2)

Les citations de Mocharrafoddin Saadi :

Le bonheur est un don de la justice divine ; il n'est pas le privilège de la force et de la grandeur.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Deux sages en colère ne rompent pas même un cheveux ; tandis que deux insensés briseraient une chaîne de fer.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Qui a toujours joui d'une santé robuste ne peut connaître la douleur.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Deux morceaux de bois à coté l'un de l'autre s'allument et brûlent plus aisément qu'un seul.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Partout l'épine est cachée sous la rose.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

L'ivresse du vin passe bien vite ; mais celle de l'amour est plus durable.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Trop heureux ! celui qui tous les matins peut contempler les charmes d'un beau visage.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Il n'est point d'amitié que l'on doive rompre.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Le fer d'une lance prête à vous percer blesse encore moins la vue que le visage d'un ennemi.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

On ne peut vivre sans amis, et c'est un devoir que de supporter ses caprices.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Le désir vaut mieux que la satiété.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

L'œil de l'amour ne voit jamais que des vertus.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Que peuvent sur un cœur égaré les conseils de la raison ?
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Si le sort met des obstacles insurmontables à notre union, alors la vraie loi de l'amour est de mourir de regret.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Dans la guerre, ce sont les hommes robustes qui donnent la mort ; dans la paix, c'est la beauté qui tue bien souvent ses adorateurs.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Quand on est enfoncé jusqu'au cou, peut-on être sans souillure ?
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

La piété la plus austère ne peut résister à l'amour.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Ce qui touche le cœur est toujours le plus beau aux yeux.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Les hommes sont en droit d'attendre des bienfaits les uns des autres, mais le seul que l'on puisse espérer, c'est de ne pas recevoir de mal.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Dévoiler un secret, c'est jouer un jeu où l'on ne paie qu'avec sa tête.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Jamais on ne montre mieux sa sottise, qu'en interrompant un propos pour y mêler le sien.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Un bon mot, quelque excellent qu'il soit, perd son sel en le répétant.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Ne disputez jamais avec quiconque n'admet la tradition ; le silence est la meilleure réponse.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

La vertu même prend les couleurs du vice aux yeux d'un ennemi.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Si tu as une fois offensé quelqu'un, quand même tu lui aurais rendu depuis cent services, ne te crois jamais en sûreté avec lui.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.