Mocharrafoddin Saadi

Quelques mots sur l'auteur :

André Gide

Poète persan, auteur du célèbre ouvrage intitulé Le Gulistan ou le Jardin des roses, Mocharrafoddin Saadi est né à Schiraz en Perse en 1184, il serait décédé en 1283 ou en 1291. Le nom de Saadi lui fut donné parce que son père était attaché au prince persan Saad Ben Zenghi.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 68 citations de Mocharrafoddin Saadi :

Toute précaution est inutile contre la destinée !
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

La vraie dévotion est un bel arbre qu'il faut soigner pour qu'il porte des fruits.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

La piété est sur le cœur, et non sur les vêtements.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Apprend à pardonner les fautes d'autrui, sois bon et indulgent.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des roses - XIIIe siècle.

Le sucre perd toute sa douceur lorsque l'heure amère du paiement le suit de près.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

La sagesse est de jouir, la bonté de faire jouir.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Ton cœur est comme l'enceinte fortifiée des secrets, prends garde qu'ils ne trouvent la porte ouverte.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Méfie-toi du beau parleur : imite les sages, ne prononce qu'une parole, mais qu'elle soit sensée.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Un grain de musc vaut mieux qu'un monceau d'argile.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

L'homme prudent en son langage n'est pas exposé à en rougir.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

La parole est la parure de l'âme, fais en sorte qu'elle ne soit pas pour toi une laideur.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Si tu ne sais quoi dire, garde le silence.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Délicat ou grossier, le repas est toujours bon quand l'appétit l'assaisonne.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Ventre plein, cervelle vide.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Heureux celui qui, du fond de sa retraite, fait une ample provision de vertus !
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Boire, manger, dormir, est l'unique souci de la brute.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

La modération dans les désirs est la vraie richesse de l'homme.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Si tu recherches la réputation en ce monde, étale tes apparences et cache les vices de ton cœur.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Rapiécer le froc du mensonge est chose facile, mais comment pourra-t-on le vendre à Dieu ?
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Ne t'attache pas aux vaines apparences d'une dévotion de faux aloi, c'est un étang au fond duquel il n'y a que vase.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

L'homme qui revêt une triple cuirasse est nu et désarmé devant le glaive du destin qui le menace.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Il faut paraître ce que l'on est.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

La fourmi, si faible qu'elle soit, ne connaît pas la famine.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Le voleur qui bat les grandes routes est moins criminel que l'hypocrite.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.

Les fruits appartiennent à celui qui a planté l'arbre, les moissons à celui qui a fait les semailles.
Mocharrafoddin Saadi ; Le jardin des fruits - XIIIe siècle.