Nicolas Massias (2)

Les citations célèbres de Nicolas Massias :

L'enfant nouveau-né a ses volontés, ses caprices, ses passions, et déjà il est accessible à l'envie et sensible à l'injustice.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'éducation peut modifier l'homme au point d'en faire un Spartiate ou un Sybarite, mais elle n'en peut faire un homme de génie.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'éducation est la science des habitudes.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Un scélérat même est juste lorsqu'il ne juge pas dans sa propre cause.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La justice sans indulgence est injustice.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La justice qui ne s'exerce qu'envers un parti est une vengeance.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

II n'est pas de droit qui n'impose un devoir.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

La liberté est la propriété de soi-même.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

De l'égalité naturelle, religieuse et civile découlent les deux plus grands biens de l'espèce humaine, la liberté et la propriété.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'égalité de droit ne détruit, ni ne peut détruire, l'inégalité des forces, des vertus et des talents.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Tout individu de l'espèce humaine a droit à la terre, à l'air, à l'eau et au feu, parce que leur jouissance, utile à chacun, ne préjudicie à personne.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Les animaux relèvent de l'homme, et l'homme ne relève que de Dieu.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Le castor solitaire, qui vit dans un terrier isolé, n'est pas l'animal de la nature. Celui-ci, dans la société de ses pareils, élève ces merveilleuses constructions qui instruisent, étonnent notre industrie. L'homme, l'abeille, le castor ne peuvent être considérés indépendamment de leur tendance nécessaire à la sociabilité. La société est condition de leur existence.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Vivre, et vivre avec bonheur et sécurité, développer, toutes nos facultés physiques, intellectuelles et morales, tel est te but vers lequel la nature et la société poussent de concert le cœur humain : nul n'a le droit de troubler ce vœu, ce besoin invincible, inhérent à notre organisation.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'égalité de nature constitue l'égalité des droits.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Là, où une mère presse son fils contre son sein, a commencé la société.
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

Dieu garde un bon musulman d'écouter aux portes de son harem !
Nicolas Massias ; Le rapport de la nature à l'homme (1823)

L'amour a vingt manières de rendre ridicule un honnête homme.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

Celui qui n'a point connu le véritable amour a manqué sa vocation d'homme.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

La bonté est la lumière du cœur et de l'esprit, elle s'éteint dans la sottise, comme dans un air privé d'oxygène.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

Le cœur, dans mille occasions, redresse les torts de l'esprit.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

La civilité est l'art de rendre ceux avec qui nous vivons, contents d'eux-mêmes et de nous.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

La fausse et la véritable délicatesse sont, l'une la pruderie, et l'autre la pudeur de la vertu.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

Il est bien rare que ce que nous donnons vaille le plaisir que nous avons de le donner.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)

L'origine du droit est dans l'avantage de tous.
Nicolas Massias ; Les pensées et réflexions morales (1848)