Paul Bourget (2)

Les citations célèbres de Paul Bourget :

Une femme vous est toujours reconnaissante de vous avoir lâché.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour un fou, le pire des malheurs est de ne pas être fou tout à fait.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Avec un ancien amour on fait de tout, même un nouvel amour, tout... excepté de l'amitié.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Le rêve de l'amour, pour l'homme, c'est de tromper une maîtresse fidèle.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

En amour, tout est rompu du jour où l'un des deux amants a pensé que la rupture était possible. Dire seulement tout bas : « Quand j'aurai cessé d'aimer ... » c'est avoir cessé d'aimer.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour un amant, chercher le moyen de dire à une maîtresse qui l'aime encore: « Je ne t'aime plus, » sans la faire souffrir, c'est vouloir mettre en pratique la célèbre fantaisie du guillotiné par persuasion.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Beaucoup d'amants qui n'osent pas quitter leur maîtresse parlent de la pitié qu'elle leur inspire. Les femmes discernent avec justesse que cette pitié-là est une forme d'un abominable égoïsme. Il y a un attendrissement sur les maux que l'on cause qui ressemble à la plus cruelle férocité. Il est fait d'un délice de se sentir aimé sans aimer, vilain sentiment dont l'homme s'excuse à ses propres yeux en plaignant sa victime. Rien de plus raffiné comme hypocrisie.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Sacrifiez un plaisir à une femme, elle vous en voudra, et elle aura raison. S'il y a pour vous quelque chose d'agréable hors d'elle et loin d'elle, c'est que vous ne l'aimez plus.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

L'Art d'aimer vraiment moderne et nouveau s'appellera l'Art de rompre.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour deux amants, s'aimer du même amour est le premier bonheur, le second est de cesser de s'aimer en même temps.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Du civilisé au sauvage, il y a tout juste la distance qu'il y a de l'amour à la jalousie.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

En amour, les actions ne montrent pas le fond du cœur. Le cabotinage sentimental a fait commettre plus de meurtres et de suicides que la passion vraie. D'autre part, les paroles ne prouvent rien non plus. Ici donc, comme en religion, il n'y a qu'une sagesse : croire, et cette sagesse est une folie.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Pour un amant qui aime avec tout son cœur, une infidélité connue de sa maîtresse offre encore cette douceur qu'il peut lui prouver son amour en lui pardonnant.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Les coquettes vraiment savantes ne se refusent pas, elles se donnent. Elles savent que posséder une maîtresse, pour un homme passionné, c'est être possédé par elle. Une femme qui ne nous aime pas et qui nous tient par la jalousie des sens nous mène où elle veut. Le plus irrésistible désir est fait avec la mémoire de la brute qui sommeille chez nous tout.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

La jalousie des sens survit à l'amour. Ce devrait être la consolation de toutes les femmes abandonnées, lorsqu'elles sont sans cœur et qu'elles souffrent seulement dans leur vanité. Elles n'ont, pour se venger, qu'à prendre un amant. Elles ne ramèneront peut-être pas l'infidèle, mais elles sont sûres de lui faire du mal. Voilà une grande misère de l'animal homme.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Nous avons beau connaître tout notre esprit et tout notre cœur, notre bête ne nous est jamais connue tout entière, aussi ne faut-il jamais dire : « Cette femme ne peut rien sur moi. » En amour, la seule victoire est la fuite. C'est un mot du plus grand des psychologues modernes : Napoléon Bonaparte.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Ce ne sont pas les trahisons des femmes qui nous apprennent à nous défier d'elles, ce sont les nôtres.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

À Paris, sur cent hommes d'amour pris au hasard, voici les chances qu'une femme de cœur a d'être heureuse si elle en aime un : vingt l'exploiteront, vingt la compromettront, vingt la corrompront, trente la méconnaîtront. Restent dix amants dignes de ce nom, mais, sur ces dix, neuf ont déjà vécu leur vie, ils sont usés ! et le centième aime presque toujours ailleurs.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

On trahit un cœur qui aime vraiment, on ne le trompe jamais.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

L'art d'être heureux en amour consiste à tout donner sans rien demander.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

En amour, les grands malheurs et les grands bonheurs ont pour cause des nuances de sentiment.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Apprendre à connaître les femmes, c'est apprendre à connaître par avance le détail du mal qu'elles vous feront, sans aucun moyen de vous en garantir. Cette science-là consiste à augmenter la misère de l'amour par la prévision lucide de cette misère.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

La femme qui vous aura fait le plus souffrir est quelquefois une femme que vous n'aurez jamais aimée.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Certains flirts salissent une femme plus que la possession. La rose coupée sur sa tige peut rester fraîche et pure. La rose, même en bouton, même sur le rosier,—mais tripotée,—est pire que fanée.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

Une femme qui a vraiment aimé, autant dire souffert, regarde flirter les autres avec les yeux d'une mère qui a perdu un enfant et qui voit des petites filles jouer à la poupée.
Paul Bourget ; La physiologie de l'amour moderne (1889)

La liste des auteurs populaires :