Pierre-Marc-Gaston de Lévis, Duc de Lévis (2)

Les citations célèbres de Pierre-Marc-Gaston de Lévis :

Dans un État bien ordonné, le peuple doit retirer plus d'avantages de la noblesse que les nobles eux-mêmes.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Les meilleurs gouvernements sont ceux qui renferment en eux-mêmes des principes de réformation.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Justice, humanité, industrie, voilà les principes fondamentaux des États, c'est par eux qu'ils prospèrent, quelle que soit la nature de leur constitution ; mais dans tous, la crainte est le seul ressort qui puisse maintenir l'ordre et la tranquillité.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Les grands États peuvent supporter de grands abus, ce sont les grandes fautes qui les font périr.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Les choses sont si bien arrangées que le plaisir du succès est presque toujours proportionné à la peine qu'il a fallu prendre pour réussir.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Les formes de la société sont comme les vêtements, elles servent à couvrir des défauts et des plaies secrètes qui restent cachées jusqu'à ce que l'intimité vienne à les découvrir, aussi l'homme sage ne les provoque-t-il pas légèrement.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Réflexions sur la société (1808)

L'amour-propre est le plus souple et le plus ingénieux des protées : il se plie à tout, tire parti de tout, et ne dédaigne rien. Compagnon de l'enfance, il grandit avec l'homme, mais ne vieillit pas comme lui, car il survit à ses passions, et semble hériter de ses goûts. Dans la jeunesse, son thème favori est la grâce, dans l'âge mûr la raison, dans la vieillesse l'expérience. Par lui l'homme médiocre prétend au jugement, l'homme d'esprit au génie, et l'homme supérieur se croit universel. Lorsque les qualités manquent, il cherche à faire prendre le change sur les défauts. L'avarice s'appelle économie, la profusion générosité, la colère vivacité, la brusquerie franchise. Celui qui tirait autrefois vanité de sa force et de sa bonne santé, vous entretient aujourd'hui avec complaisance de sa délicatesse et même de ses souffrances ; il en trouve la cause dans un excès de sensibilité. Enfin, tel qui cachait son âge à quarante ans, l'augmente à quatre-vingt.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Conduisez-vous avec la fortune comme avec les mauvaises payes, ne dédaignez pas les plus faibles acomptes.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Il y a plusieurs sortes de jalousie, la plus rare est celle du cœur.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les réflexions sur l'amour (1808)

Pour le brave, un fusil n'est que le manche d'une baïonnette.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

C'est par amour-propre que l'on aime tant les gens modestes.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

À tout prendre, le bonheur dépend moins de la fortune que du caractère.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les pensées détachées (1808)

L'amour-propre des sots excuse celui des gens d'esprit, mais ne le justifie pas.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Réflexions sur l'amour-propre (1808)

Amitié ! comme l'on abuse de ton nom sacré pour couvrir des désordres honteux, pour ennoblir des liaisons frivoles formées par le désœuvrement, incapables de soutenir les épreuves de l'absence et de l'infortune, des liens de circonstances qu'un souffle détruit, qu'un rien remplace !
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les réflexions sur l'amour et l'amitié (1808)

Le bateau est le mariage, les rameurs sont les époux ; ils naviguent sur le fleuve de la vie, et ce n'est qu'en unissant leurs efforts qu'ils adoucissent les contrariétés du voyage.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les pensées détachées (1808)

La variété et l'étendue des connaissances, en donnant aux facultés naturelles tout leur développement, ajoutent à la raison plus de prudence, à l'esprit plus de sagacité, au style plus de charmes. Un ignorant, quelque favorisé qu'il soit de la nature, ne sera jamais un grand écrivain. Considérez tout ce que savaient, pour leur temps, Homère et Hérodote.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Maximes et réflexions (1808)

Le bon style ne consiste pas uniquement, comme quelques personnes sans talent voudraient le faire croire, dans un heureux choix de mots sonores, dans un arrangement de phrases harmonieuses. Les bons écrivains seraient bien moins rares s'il n'était pas indispensable, pour mériter ce nom, d'unir à la correction du langage la propriété de l’expression ; s'il ne fallait pas employer toujours des images nobles et soutenues, éviter les termes bas autant que l'emphase, être clair sans être diffus, et concis sans obscurité. Enfin le bon style satisfait à la fois l'esprit, l'oreille et la raison.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Maximes et réflexions (1808)

Il ne suffit pas, pour assurer le succès d'un ouvrage, que l'on y trouve des pensées fortes, des sentiments élevés, des raisonnements judicieux ; il faut encore que l'expression soit heureuse, élégante sans affectation, et simple sans bassesse. C'est alors que le style, semblable à cette enveloppe d'un cèdre incorruptible qui préservait les manuscrits précieux des ravages du temps, transmet à la postérité les productions des grands écrivains, et leur conserve un lustre immortel.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Maximes et réflexions (1808)

Le chant est à la parole ce que la peinture est au dessin.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Maximes et réflexions (1808)

La justice est dans le cœur, l'honneur dans l'opinion.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

La raison n'a pas de prise sur les esprits faux, c'est peine perdue que de chercher à les convaincre.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

La raison est le sens du bonheur.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

La raison est la base et la garantie de la vertu.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Ne comptez pas sur la justice de celui dont l'esprit manque de justesse.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)

Donner est un plaisir ; payer est un devoir.
Pierre-Marc-Gaston de Levis ; Les maximes et préceptes (1808)