Pierre Reverdy (2)

Les citations de Pierre Reverdy :

La morale c'est un bat-flanc de l'esprit pour nous apprendre à ne pas trop ruer dans les brancards.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La démocratie c'est le droit qu'a conquis le peuple de se laisser toujours diriger vers la gauche.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La solitude n'est jamais si absolue qu'on n'ait pas autour de soi quelques êtres concrets capables de nous fournir d'exemples où appuyer notre jugement sur les hommes. Il faut être un philosophe aveuglé par un système pour les négliger. La solitude, c'est, au contraire, une espèce de champ d'observation restreint, la vitre du laboratoire.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La critique vous trouvera toujours impertinent du moment que vous la critiquez.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le cœur n'est jamais si bien en équilibre que sur un tranchant d'acier.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Être obligé de ménager les gens, quelle école supérieure d'intelligence !
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Il y a des gens qui n'auront jamais connu la misère que de vue.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Dès qu'on veut monnayer la gloire, on la rapproche du mépris.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Esprit moqueur, petit esprit ; la moquerie est la fiente de l'esprit critique.
Pierre Reverdy ; En vrac (1929)

Il faudrait prendre la vie comme on se met à table, avec le simple propos d'arriver à la fin ayant perdu toute envie de vivre, comme de manger.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Il est plus commun d'être dur pour les autres que de l'être pour soi. Mais être dur pour soi sans l'être pour les autres c'est presque inouï, car, si l'on est dur par nature, comment amortir le choc dans le contact avec ceux qui ne le sont pas ?
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Aimer, c'est s'unir ; détester, c'est se séparer.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

On n'ambitionne d'imiter que ce qui est inimitable.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Loyalement, on ne devrait jamais se livrer à plus de marques d'amitié que l'on n'en peut fournir dans les faits.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La plus grave imperfection de ce monde, c'est la nécessité de notre disparition, c'est la mort. Il faut bien qu'elle nous conduise dans un autre que nous connaîtrons derrière elle et ne quitterons pas.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

Par le confort on satisfait surtout le bien-être du corps, par le luxe une ambitieuse exigence de l'esprit. La commodité de la vie matérielle libère, alors que la préoccupation, inévitable, du luxe asservit. Et ce n'est pas la rude nudité de la cellule qui importe mais l'état d'âme de celui qui y vit.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le vrai hypocrite est celui qui sait agir de franchise absolue avec lui-même.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

Qui commet des hypocrisies sans s'en rendre compte n'est pas un hypocrite, c'est un naïf.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

Le grand, le vrai, le profond hypocrite est celui qui a su cacher à tous qu'il l'est.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

On peut croire en Dieu sans l'aimer, l'amour n'est pas le fort de tout le monde.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

La fausse modestie est détestable.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

Il n'y a pas d'amour sans souffrance.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

L'apparence d'orgueil est dans ce que l'amour-propre ou la dignité obligent à faire croire ou à laisser croire qu'on est, que l'on sait très bien qu'on est pas.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le seuil de la mystique, c'est de connaître qu'on ne connaît pas.
Pierre Reverdy ; Le livre de mon bord (1948)

Le rêve est un bain débilitant ; la contemplation est un bain fortifiant.
Pierre Reverdy ; Le gant de crin (1927)

La liste des auteurs populaires :