Prosper Jolyot de Crébillon

Quelques mots sur l'auteur :

Prosper Jolyot de Crébillon

Poète et dramaturge français né le 13 janvier 1674 à Dijon, Prosper Jolyot de Crébillon est décédé le 17 juin 1762 à Paris. Élu à l'Académie française le 1er septembre 1731, puis nommé membre de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Rouen le 21 novembre 1754, Crébillon repose dans le cimetière de Saint-Gervais-Saint-Protais à Paris.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia »

Les 31 citations de Prosper Jolyot de Crébillon :

L'imprudence n'est pas dans la témérité, elle est dans un projet faux et mal concerté.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Catilina, III, 6 (1748)

Un généreux courage pardonne à qui le hait, mais point à qui l'outrage.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Catilina, I, 4 (1748)

Je veux qu'on respecte ma mère autant qu'on respecte les dieux.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Sémiramis, IV, 5, le 10 avril 1717.

Un front sans ornement ne rend pas moins aimable.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Sémiramis, I, 5, le 10 avril 1717.

Fuir n'est un déshonneur que pour ceux dont on peut soupçonner la valeur.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, III, 4, le 23 décembre 1754.

Qui ne veut que haïr ne veut pas qu'on le plaigne.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Xerxès, II, 8 (1714)

Plaindre un amant trahi, c'est s'avouer heureux.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Xerxès, I, 8 (1714)

Que ne peut la valeur où le cœur s'intéresse ?
Prosper Jolyot de Crébillon ; Électre, II, 1, le 14 décembre 1708.

Mieux vaut se flatter d'un espoir téméraire, que de céder au sort dès qu'il nous est contraire.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, III, 1, le 23 décembre 1754.

Un monstre doit causer plus d'horreur que de crainte.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Pyrrhus, II, 2 (1726)

L'amour le mieux vengé, quelle que soit l'offense, est souvent le premier à pleurer sa vengeance.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Catilina, II, 1 (1748)

Un ennemi qui peut pardonner une offense, ou manque de courage, ou manque de puissance.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Atrée et Thyeste, V, 4 (1707)

Qui cède à la pitié mérite qu'on l'offense ; il faut un terme au crime, et non à la vengeance.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Atrée et Thyeste, V, 4 (1707)

L'amour n'a pas toujours respecté la nature.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Rhadamiste et Zénobie, I, 2 (1711)

On doit des malheureux respecter la misère.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Atrée et Thyeste, II, 2 (1707)

La crainte fit les dieux ; l'audace a fait les rois.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Xerxès, I, 1 (1714)

L'honneur et la gloire ne suivent pas toujours le char de la victoire.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Pyrrhus, II, 4 (1726)

Un amant méprisé ne fait point de jaloux.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, III, 4, le 23 décembre 1754.

La mort n'est qu'un instant que le grand cœur défie, et que le lâche attend.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Catilina, V, 6 (1748)

La honte suit toujours un lâche désespoir.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, III, 1, le 23 décembre 1754.

Il n'est point de fierté que le sort n'humilie.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, V, 3, le 23 décembre 1754.

Le destin n'a point mis de sentiments égaux, dans l'âme de l'esclave et celle du héros.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, III, 5, le 23 décembre 1754.

Le crime est toujours crime ; et jamais la beauté n'a pu servir de voile à sa difformité.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Pyrrhus, IV, 4 (1726)

Se laisser prévenir est moins une vertu, que l'imbécillité d'un courage abattu.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, III, 5, le 23 décembre 1754.

Un affront vit toujours sur le front qui l'endure.
Prosper Jolyot de Crébillon ; Le Triumvirat, V, 2, le 23 décembre 1754.