Publilius Syrus (3)

Les plus belles citations de Publilius Syrus :

Dieu conduit le méchant au supplice.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

On satisfait la faim à peu de frais, ou on achète chèrement le dégoût.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Se conduire mal est indigne d'une personne bien née.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Dieu est un sublime créateur, il a créé la femme, plus belle que les fleurs.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

La vie est trop longue pour le malheureux, bien trop courte pour l'homme heureux.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Après le fol amour, l'implacable colère est de toutes nos actions, la pire conseillère.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Les bons sont peu communs dans le siècle où nous sommes, qui veut vivre en paix, doit fuir les hommes.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

En vain autour de toi tes amis sont réunis, mais tes pensées sont ailleurs, exilé, tu rêves à ton pays.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Quiconque ne veut pas bien employer sa vie, mieux vaut, pour son honneur, qu'elle lui soit ravie.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Faire son héritier d'un vieillard qui s'en va, c'est au fond d'un sépulcre enterrer ce qu'on a.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le bonheur de sa coupe a beau nous enivrer, toujours par quelque endroit il laisse à désirer.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Quand vos pires ennemis souhaitent votre mort, à vous haïr vivant tous sont d’accord.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

C'est un jeu dangereux que celui d'exciter, un esprit inflammable, et prompt à s'irriter.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le mal que notre esprit est le plus prompt à craindre, c'est le mal qui jamais n'est venu nous atteindre.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

On doit parer au mal dès que le mal menace, il est déjà bien tard quand il a pris la place.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Soyons toujours en garde, œil au guet et debout ; pour ne rien craindre, il faut se défier de tout.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Si vous êtes marin, restez à la galère, et ne vous mêlez pas de ce qu'on fait à terre.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Se plaindre du malheur quand on l'a bien cherché, c'est le comble en effet de la stupidité.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Un sot peut faire preuve, en gardant le silence, sinon de son esprit, du moins de sa prudence.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Un silence prudent est toujours salutaire, on perd à trop parler ce qu'on gagne à se taire.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'innocence, traçant un lumineux sillon, s'illumine elle-même à son propre rayon.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le clinquant est toujours un grossier hameçon, qui d'un fin acheteur éveille le soupçon.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le hasard ne séduit nul esprit raisonnable, au connu l'inconnu n'est jamais préférable.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Sur des griefs passés à quoi bon revenir ? La brute seule du mal garde le souvenir.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Ne tente point le sort, absoute ou condamnée, Dieu saura bien sans toi régler ta destinée.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.