Madame Necker, née Suzanne Curchod (3)

Les citations de Suzanne Curchod :

Un acte de vertu jeté dans la société est à peu près comme ces pierres qu'on fait tomber dans un gouffre ; elles retentissent longtemps, quoiqu'elles aillent se perdre pour jamais.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Le vaniteux est plaisamment égoïste, il pense qu'il n'y a rien de plus important au monde que lui.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Le vaniteux tire vanité de tout, même de ses ridicules : on le méprise ; il s'admire.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Les talents font les hommes de mérite, comme les vertus font les hommes de bien.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Il vaut mieux faire très bien une seule chose que médiocrement un grand nombre de choses.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Le sot découvre un homme d'esprit, par un instinct d'antipathie, beaucoup plus promptement que l'homme d'esprit ne découvre un sot.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Un sot qui veut paraître un homme d'esprit a toujours recours à des moyens qui d'un homme d'esprit feraient un sot.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Toute querelle avec un sot est une perte inutile d'énergie et de bon sens.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Il vaut toujours mieux que nos réprimandes soient au-dessous de la faute qu'au-dessus.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

La probité reconnue est le plus sûr de tous les serments.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

La conscience a cet avantage qu'elle nous récompense même des sacrifices inutiles, tandis que les hommes ne nous savent gré que des réalités.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

La vieillesse craint de soulever le voile de l'avenir qui cache sa tombe ; elle porte les yeux en arrière, parcourt d'un regard rapide les pages d'or de sa vie passée, et s'exclame, hélas, à regret : j'ai vécu.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

L'adolescence méprise les jouets du passé, se contemple avec joie dans le miroir enchanteur de l'avenir, et dit : je vivrai.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

L'enfance n'est heureuse que parce que, oubliant le passé, n'ayant aucune idée de l'avenir, elle voltige continuellement dans l'étroit sentier du présent, et dit : je vis.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Loin des personnes qui nous sont chères, toute demeure est un désert, et tout espace est un vide.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

L'admiration, comme la flamme, diminue dès qu'elle n'augmente plus.
Madame Necker ; Souvenirs et pensées (1784)

Le grand art de la conversation est de parler peu, et de faire parler beaucoup les autres.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Se vanter sans être blâmé, c'est être l'agresseur de l'amour-propre d'autrui.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Chaque matin est une nouvelle vie que la nuit referme.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Rien de si agréable que les bêtises d'un homme d'esprit, rien de si absurde que l'esprit d'un sot.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Le bonheur est l'accord de nos facultés avec nos besoins, et de nos opinions avec nos mœurs.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Pour vivre heureux, il faut savoir borner ses désirs et modérer ses besoins.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Le merveilleux ne se perd jamais, la mémoire le retient toujours.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Être aimé n'est pas le bonheur, mais aimer est le véritable bonheur.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)

Il faut un peu de timidité aux grandes vertus pour les rendre plus aimables.
Madame Necker ; Mélanges et pensées (1798)