Thomas Corneille

Quelques mots sur l'auteur :

Thomas Corneille

Juriste et auteur dramatique français, Thomas Corneille est né le 20 août 1625 à Rouen. Il est élu à l'Académie française le 23 novembre 1684 pour succéder au fauteuil de son frère Pierre décédé quelques jours auparavant. Thomas Corneille meurt à Les Andelys (Eure) le 8 décembre 1709.

Pour de plus amples informations, lisez sa biographie sur Wikipédia.

Les 51 citations de Thomas Corneille :

En pensant faire tout, gardez de ne rien faire.
Thomas Corneille ; Stilicon (1660)

On croit ce qu'on souhaite assez facilement.
Thomas Corneille ; Le baron d'Albicrac, I, 3 (1667)

Souvent la jalousie est ce qui nous enflamme.
Thomas Corneille ; Le baron d'Albicrac, I, 5 (1667)

Il est pour des ingrats de rigoureux instants.
Thomas Corneille ; Ariane, V, 2 (1672)

Voir un ingrat qu'on aime et le voir insensible, c'est de tous les ennuis l'ennui le plus sensible.
Thomas Corneille ; Ariane, III, 2 (1672)

Par d'illustres efforts les grands cœurs se connaissent.
Thomas Corneille ; Ariane, I, 1 (1672)

Les plus charmants attraits qui parent un visage, sans la complaisance n'ont qu'un appas sauvage.
Thomas Corneille ; L'amour à la mode, II, 3 (1651)

Les faux brillants d'une grandeur pompeuse n'éblouissent jamais une âme généreuse.
Thomas Corneille ; Bérénice, III, 1 (1657)

Quiconque peut tout a droit de tout vouloir.
Thomas Corneille ; La mort de l'empereur Commode, III, 1 (1657)

À faire ce qu'on doit, on ne mérite rien.
Thomas Corneille ; La mort de l'empereur Commode, V, 7 (1657).

Dans les moindres projets, l'ignorance ou l'erreur ne s'excusent jamais.
Thomas Corneille ; La mort de l'empereur Commode, IV, 2 (1657)

Le goût dépend des lieux beaucoup moins que des gens.
Thomas Corneille ; Le baron d'Albicrac, I, 7 (1667)

Le crime fait la honte et non pas l'échafaud.
Thomas Corneille ; Le comte d'Essex, IV, 3 (1678)

D'ingratitude à tort, c'est vouloir accuser.
Thomas Corneille ; La mort de l'empereur Commode, II, 2 (1657)

Qui peut promettre tout, ne veut rien refuser.
Thomas Corneille ; La mort de l'empereur Commode, II, 2 (1657)

On blâme en autrui ce qui plaît en soi-même.
Thomas Corneille ; La mort de l'empereur Commode, II, 1 (1657)

L'amour ne veut point d'autre prix que l'amour.
Thomas Corneille ; Bérénice, III, 1 (1657)

Rien n'est impossible à qui sait bien aimer.
Thomas Corneille ; Bérénice, I, 4 (1657)

À qui te veut abuser, c'est une lâcheté qui ne peut s'excuser.
Thomas Corneille ; Darius, IV, 5 (1669)

Le vrai, le pur amour, ne s'emporte jamais.
Thomas Corneille ; Darius, IV, 1 (1669)

Le véritable amour pour rien ne se relâche ; plus son malheur est grand, plus il s'attache.
Thomas Corneille ; Darius, III, 4 (1669)

L'honneur cède au profit.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, II, 5 (1655)

Si je suis devant vous, vous êtes devant moi.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, II, 5 (1655)

Le silence fut toujours des amants la plus vive éloquence ; c'est par là qu'un beau feu se fait mieux remarquer, et l'on a peu d'amour quand on peut l'expliquer.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, IV, 4 (1655)

La louange des Grands ne produit que du vent.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, IV, 4 (1655)

Ma raison n'a pas assez d'empire, pour m'empêcher d'aimer ce que mon cœur admire.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, IV, 2 (1655)

Quand on a tout à craindre, on ne doit craindre rien.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, III, 5 (1655)

Apprenez à vous taire, ou parlez sagement.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, II, 5 (1655)

Où la défaite est sûre et la mort infaillible, le courage est blâmable autant qu'il est nuisible.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, I, 3 (1655)

C'est aimer un peu que d'estimer beaucoup.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, IV, 1 (1655)

Les moindres lâchetés sont pour un grand cœur des crimes détestés.
Thomas Corneille ; Ariane, II, 5 (1672)

L'amour, par le respect dans un cœur enchaîné, devient plus violent, plus il se voit gêné.
Thomas Corneille ; Le comte d'Essex, II, 1 (1678)

Qui sauve un criminel se charge de son crime.
Thomas Corneille ; Timocrate, I, 3 (1656)

Qui reçoit un pardon souffre un soupçon infâme.
Thomas Corneille ; Le comte d'Essex, II, 6 (1678)

La douleur est un mal qu'un prompt remède irrite.
Thomas Corneille ; Ariane, V, 6 (1672)

On résiste aisément quand on n'espère pas.
Thomas Corneille ; Ariane, I, 1 (1672)

Les fortes passions ne touchent qu'une fois.
Thomas Corneille ; Ariane, IV, 3 (1672)

Ah ! qu'aisément un fils trouve le cœur d'un père, prêt au moindre remords, à calmer sa colère !
Thomas Corneille ; Festin de Pierre, IV, I (1677)

On n'est pas criminel toujours pour le paraître.
Thomas Corneille ; Le comte d'Essex, II, 2 (1678)

L'amour, par le remords, aisément se désarme : Il ne faut quelquefois qu'un soupir, qu'une larme.
Thomas Corneille ; Ariane, IV, 2 (1672)

Souvent le désespoir va plus loin qu'on ne pense.
Thomas Corneille ; Stilicon (1660)

Un cœur n'est pas longtemps le maître de ses vœux.
Thomas Corneille ; Stilicon (1660)

Ma foi ! s'il m'en souvient, il ne m'en souvient guère.
Thomas Corneille ; Le geôlier de soi-même, II, 6 (1655)

Un diseur de beaux mots sait dorer la pilule.
Thomas Corneille ; Don César d'Avalos (1674)

Que de douceurs charmantes font goûter aux amants les passions naissantes !
Thomas Corneille ; Festin de Pierre (1677)

L'amour n'a bien souvent qu'une douceur trompeuse ; mais vivre indifférente est-ce une vie heureuse ?
Thomas Corneille ; Ariane (1672)

Ah ! que de la vertu les charmes sont puissants.
Thomas Corneille ; Le comte d'Essex (1678)

Je crains ce que je veux, et veux ce que je crains.
Thomas Corneille ; Timocrate (1656)

Les belles passions cherchent les belles âmes.
Thomas Corneille ; Darius, I, 4 (1669)

La naissance est l'appui des courages mal nés.
Thomas Corneille ; Timocrate (1656)

L'amour qui désire est tout caresse ; l'amour satisfait est tout paresse.
Thomas Corneille ; Ariane (1672)

La famille Corneille :

La biographie de son frère Pierre Corneille.